Feedback sur ma landing page / conseil aux collectivités locales

Bonjour à tous,

Je réfléchis à une nouvelle approche de mon métier, avec une offre d’étude de faisabilité économique pour la construction d’équipements sportifs publics.
Le coeur de cible est la petite collectivité, rurale ou semi-rurale, avec peu de compétences en régie, et peu de moyens financiers.
J’ai réalisé cette page avec Unbounce, et avant de la diffuser à mes prospects, je souhaiterais avoir votre avis sur le visuel, la structure, bref, un peu toutes les remarques que vous pourriez avoir.
Je n’ai jamais fait de marketing ni de webdesign à proprement parler, donc je ne suis pas sûre de suivre les best-practices, etc…

Merci d’avance pour vos retours!

++

ps : @GbsAppeldOffres si tu passes par là, dis moi ce que t’en penses, vu que tu es un peu du métier…

Coucou, tu peux essayer un #f6f6f6 au lieu du blanc sur tes cadres? sinon, je trouve que ça fait le job mais je suis looooiinnn d’être un expert.
Pour info, une page sur le sujet http://blog.crazyegg.com/2014/09/25/ideal-landing-page/?utm_content=buffercbe5f&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer
A bientôt!

Bonjour,

Voici ce que dit la loi:
Ces marchés (MAPA) sont dispensés des obligations de publicité et de mise en concurrence depuis le décret n°2011-1853 du 9 décembre 2011.
Cette mesure, attendue par les acheteurs publics et les entreprises, supprime le formalisme, parfois coûteux en temps et en moyens, pesant sur les marchés de très faible montant et faible enjeu.
Pour ces achats, les pouvoirs adjudicateurs ne sont soumis qu’à l’obligation, de bon sens, de veiller à assurer une utilisation optimale des deniers publics, c’est-à-dire d’acheter de manière pertinente en sollicitant, s’il y a lieu, différents prestataires.

Le pouvoir adjudicateur (la collectivité territoriale en l’occurrence), se doit de lancer une consultation (3 devis mini) quelque soit le montant de l’achat.

Toutes ne le font pas, mais c’est une tendance qui se généralise en raison de la pression faite sur les DGS pour faire baisser les frais de fonctionnement.

De plus, le trésor public, a de plus en plus tendance à faire passer des trucs considérés auparavant comme des investissements en fonctionnement (les audits et AMOA en font parfois parti… ça dépend du trésor dont dépend la commune).
Du coup pression supplémentaire sur les directions de services qui voient leur enveloppe fonctionnement exploser.
Le recours à la consultation est aussi un moyen de prouver à la DGS et aux élus qu’on surveille de près le budget.

Pour avoir travaillé pas mal avec le public (et avoir fait pas mal d’appel d’offre et de MAPA pour eux), j’ai un conseil qui vaut ce qu’il vaut:
Le site est propre et fait pro, pas la peine de perdre du temps avec du marketing ou autre.

Avec les collectivités une méthode prévaut… le démarchage pour se faire connaitre et faire connaitre son avantage concurrentiel afin d’avoir une chance de faire partie des entreprises consultées.

Autre truc: malgré tous le tintouin sur la consultation, un organisme public travaille avec qui il veut… il suffit de bien orienter son appel d’offre (ex: je veux telle caractéristique… sachant que seul celui avec qui je veux bosser la propose).

Mieux vaut donc travailler son relationnel que son marketing avec les collectivités.

C’est exactement ce que je me dis, c’est pour ca que je vais faire simplement 1 campagne d’email (phasée par région pour pouvoir ajuster si nécessaire), avec présentation de l’offre et lien vers cette page, histoire qu’ils sachent que j’existe. depuis presque 10 ans que je bosse avec les DGS, j’ai un bon carnet de contacts. Dejà on est pas tant que ca de concurrents sur ce marché spécifique, et certains abusent carrément au niveau prix, prenant la collectivité pour une vache à lait. j’essaye de proposer une alternative.

Je me permets un autre conseil: se rapprocher des directeurs techniques (DT) et pas seulement des DGS.

Ils disposent de plus de la moitier du budget investissement, voir les 3/4.

C’est le 3ème poste le plus important dans une collectivité (après le DGS et le DGFC) et sont aussi bien écouté par le DGS/DGFC (qui lui confie la plus grosse partie du budget) que par les élus (parceque ce qu’il fait est directement vu par la population).

oui en fait, selon la taille de la collectivité, mon interlocuteur est soit le DGS soit le DGST (quand y en a un), qui est plus généralement en charge des etudes et travaux.

Comme tu as l’air de bien connaitre le milieu, tu sais comment ça marche… donc pas trop d’inquiétude à avoir sur ton site web :slight_smile:

OK merci, c’est vrai que c’est plus le côté « pratique/technique » de la page en elle-même que je ne maîtrise pas forcémment.

Juste un dernier truc:

Dans les critères de sélection du public il y a toujours le prix (même si le moins disant n’est pas toujours recherché) et les références: ce sont les 2 de bases avec l’adéquation de la proposition avec la demande.

Or, je n’ai pas vu tes références: il faut les ajouter avec des recommandations (quelques lignes)
Et la tarification (qui est ton positionnement) n’apparait qu’en milieu de page.

Dès le départ (haut de page) je pense qu’il faut:

  • montrer la valeur que tu apportes (ou bénéfices client)
  • montrer que tu as des références
  • montrer ton positionnement (tarifs)
    Tu vas perdre du monde dans le scroll, seul un faible % ira jusqu’en bas de ta page… autant annoncer la couleur tout de suite.

C’est juste un avis, je ne suis pas marketeur.

Bon point pour les références, je vais les ajouter. Pour le prix et la valeur, en fait ils sont en tout début du mail, qui sera le premier contact des cibles avec mon offre. j’ai mis les détails plus bas sur la page pour ne pas faire trop « lourd » pour les gens qui ont déjà cliqué dans le mail. après tu as peut-être raison, il faut que je réitère, mais je pars du principe que si mon premier CTA a fonctionné (clic dans le mail) c’est que y a déjà un intérêt…

@ekiden,

Assistant à maitrise d’ouvrage, possible de mettre « accompagnement » ?
Dans le carré rouge qui suit, je trouve l’image peu parlante et le « contactez-nous » trop prématuré car l’internaute n’a pas encore découvert le service ni eu le temps d’être convaincu.
Bizarrement, j’aurais vu « toutes les cartes en main pour une prise de décision … » en premier plan.
Dans le même sens plus de condensé est utile (il faut être succinct et percutant car votre cible n’a pas beaucoup de temps et voit bcq d’infos circulées) : par ailleurs, comment faire pour donner l’envie d’un premier contact alors que l’on a déjà tout dit ?
… Puis, donner un titre à vos champs d’action :

  • « notre offre / nos solutions»
  • « les moyens mis en oeuvre»
    Toujours dans la même configuration de mise en forme pour permettre une lecture linéaire peuvent être de bons atouts.
    Misez sur la simplicité, se révèlera être une bonne arme pour convaincre ces personnes, qui somme toutes, sont bien « pressées ».

en fait, Assistant à Maîtrise d’Ouvrage (souvent appelé AMO pour faire court) est un métier identifié en tant que tel, c’est le terme technique auquel les collectivités sont habituées.

La personne qui viendra pour lire cette page aura déjà eu une présentation de l’offre avec le mail, en fait cette page est la destination d’un premier CTA qui me permet de mesurer l’intérêt pour le service.

Bonne idée, ca rendra la lecture peut-être plus fluide.

Merci à tous pour vos commentaires dans tous les cas!

Pourquoi tu parles du seuil des 4 000 € HT dans ta page ?

Le seuil de dispense de publicité et de mise en concurrence formalisée est passé à 15 000 € HT depuis fin 2011.

Techniquement oui, mais je me suis rendue compte que 80% des collectivités (surtout les petites villes et les Communautés de communes) ont une règle interne qui conserve les 4 000€ (voire 3000€ pour certaines).
La raison principale pour ce seuil psychologique des 4000€ est que la relève à 15000€ était à l’origine temporaire, mais bon, vu que ca fait un bout de temps maintenant… chaque année, le seuil est menacé de redescendre.

Oui, c’est pas faut… mais cela commence à être de plus en plus rare je pense dès qu’on depasse les 3500 habitants… Mais ça fait bizarre de lire ça quand on est « du métier » (je suis directeur financier d’une ville de 12 000 habitant et de sa communauté de communes).

Sinon, pour revenir sur divers commentaires de cette discussion, oui, le relationnel est important pour les « petits contrats » mais il peut être risqué d’abuser du système présenté par Aka74 :

Autre truc: malgré tous le tintouin sur la consultation, un organisme public travaille avec qui il veut… il suffit de bien orienter son appel d’offre (ex: je veux telle caractéristique… sachant que seul celui avec qui je veux bosser la propose)

J’en connais qui ont eu des problèmes en abusant massivement de cette pratique…

ca c’est clair, mais j’ai l’impression que ca s’est plutôt calmé sur ce plan, y a eu quelques exemples pour assainir un peu…

Pour les seuils, j’essaye de montrer aux collectivités cibles qu’une simple étude de faisab ne coute pas forcément plus de 15000. souvent les DGS n’ont aucune idée des prix, et passent par un AO par défaut pour se retrouver finalement avec des offres largement sous les 15000. Perte de temps et d’argent.

Je vais peut-être reformuler pour enlever le mot « seuil », ca serait + clair…
Merci pour la remarque en tous cas !

Bonjour,

Je ne peux pas trop parler du concept, n’étant pas la cible, mais je pense que d’un point de vue purement axé « optimisation de conversion », quelques points pourraient la rendre plus efficace:

  • Opter pour une couleur plus contrastée pour tous les boutons CTA (vert, par exemple)
  • tester une version du texte du bouton avec un verbe d’action (en savoir plus, recevoir des informations, etc.)
  • Ajouter un titre tout en haut, qui met en avant un bénéfice clair à vous contacter (le titre actuel deviendrait un sous-titre)
  • Remplacer le dernier bouton par un vrai bouton (comprendre pas avec le logo dessus), qui correspond exactement aux CTA précédents et à la promesse du titre (« message match »)
  • Ajouter une photo de l’équipe ou de la personne de contact
  • Ajouter dès que possible un témoignage ou deux de projets similaires
  • mettre plus en avant l’avantage notable de l’offre: MOINS LOURD ET MOINS COUTEUX tout en étant 100% pro (la vraie valeur ajoutée qui me semble vous différencier)

Il s’agit de bonnes pratiques, ce qui signifie qu’elles doivent être testées pour voir si elles correspondent à votre audience :slight_smile: C’est en tout cas des tests qui valent sûrement le coup d’être mis en place (Unbounce le permet de mémoire), en tout cas j’ai eu de bons résultats avec certains de mes clients sur des points similaires.

Bonne journée !
Sophie

1 « J'aime »

Merci @Sophie_Lecomte pour tes remarques.
Question de néophyte concernant le A/B testing : comment ca se passe exactement? j’ai compris sur unbounce comment faire, mais comment ca se met en oeuvre ? différentes newsletters avec des liens différents vers les versions? et on voit laquelle recupère le + de clics c’est ca?

Pour ta home page, tu crées 2 pages différentes
Avec Google Analytics par ex en gratuit (je n’ai jamais testé ce service), tu insères un code dans tes pages.
J’ai trouvé ça sur la mise en oeuvre: http://blog.ranking-metrics.fr/des-tests-ab-dans-google-analytics

Pour les newsletters, c’est ton autorépondeur qui doit gérer ça.

1 « J'aime »

+1 @Aka74, Google Analytics te permet effectivement de mener des tests. Si tu utilises Unbounce, en créant plusieurs versions de la même landing page tu auras accès aux statistiques. Le mieux est de suivre le taux de clics bien sûr, mais aussi le résultat de ces taux de clics … mieux vaut 30 leads pour 60 clics que 15 leads pour 150…
quant à la newsletter, normalement tous les providers de qualité offrent des aperçus intéressants sur les résultats de chaque envoi

1 « J'aime »