Cumul ME et SASU

Bonjour,

Après avoir récemment appris qu’il est possible de cumuler le statut de ME et celui de la SASU, je suis étonné que ce ne soit pas plus fréquent que ça chez les développeurs freelances. J’ai l’impression de ne voir que des freelances en ME, en EURL ou en SASU, je me trompe ?

Financièrement parlant, le plus intéressant semble être le statut de ME (seulement 22% de charges sociales) mais la couverture sociale (SSI) est moins intéressante que le régime général et le plafond du CA à 72600€ peut ne pas suffire.

En imaginant pouvoir réaliser un CA de 100k€ sur une année, ne serait-il donc pas judicieux de cumuler ME et SASU ? L’idée serait de se faire payer sur la ME pendant la première partie de l’année jusqu’à atteindre le plafond et ensuite se faire payer le reste de l’année sur la SASU. Ainsi, on a bien un salaire sur la première partie de l’année et ensuite, comme c’est versé sur la SASU, on ne peut pas se verser de salaire chaque mois mais en fin d’année, on peut se verser des dividendes. On peut en outre grâce à la SASU déduire des charges (outils informatiques, frais d’essence, …) et bénéficier d’une meilleure protection sociale avec le régime social, choses qu’on ne peut pas prétendre avec la ME.

Quel est votre avis sur ce moyen de fonctionner ? Ai-je dit des bêtises dans mon message ?

Bonjour,

Et là c’est le drame.

Je suis preneur de vos sources. Cette grève est très dure et une occasion de rigoler me fera du bien.

Notez que vous avez aussi des ratatinés du bulbe qui vous disent qu’on peut cumuler EI au micro et portage salarial.

Y en a qui ont essayé. Ils ont eu DES PROBLEMES.


Je réponds aux questions mais ne vous leurrez pas : Avocat en grève contre la suppression de son régime de retraite autonome ; et contre les réformes de la procédure civile écrites avec les pieds, aussi.

1 J'aime

Alors ma source vient du directeur des opérations de Malt, la grosse plateforme de freelances du moment. Autant dire que j’imagine qu’il sait de quoi il parle, du moins, je l’espère !

Ce qui est confirmé sur https://www.lecoindesentrepreneurs.fr/cumul-auto-entrepreneur-et-autre-activite/ :

Le cumul auto-entrepreneur et SAS

Le président de SAS étant un dirigeant assimilé salarié, il peut tout à fait cumuler son mandat avec une activité en auto-entrepreneur. Le même principe s’applique pour l’éventuel directeur général.

Par ailleurs, on peut également être associé d’une SAS et parallèlement auto-entrepreneur.

Les mêmes règles s’appliquent lorsqu’il s’agit d’une SASU.

Conclusion : il n’y a donc pas de restrictions dans le cumul du statut auto-entrepreneur avec un mandat de dirigeant de SAS ou un statut d’associé de SAS.

Non, il ne sait pas de quoi il parle et une telle présentation doit être dénoncée avec l’énergie la plus furieuse. Je pense que cette vidéo intéressera énormément certains contrôleurs de l’URSSAF et de l’administration fiscale - tu le sens venir, l’article L 64-A lpf ?

Quand au second lien, il ne dit pas la même chose, il confirme que dalle et il est, lui, exact. En effet, il vous y est bien précisé que le cumul est possible pour deux activités différentes - l’auteur de l’article ayant même bien pris soin de souligner ce passage…


Je réponds aux questions mais ne vous leurrez pas : Avocat en grève contre la suppression de son régime de retraite autonome ; et contre les réformes de la procédure civile écrites avec les pieds, aussi.

Bon ben merci Vincent pour votre réponse qui me fait redescendre sur terre. C’est vrai que c’était trop beau pour être vrai.

Je retombe donc dans le flou complet concernant le choix d’une structure juridique… :frowning:

Je ne vais pas vous mentir : je suis abasourdi par cette vidéo.

Toute personne qui serait passée par cette plateforme et qui aurait un contrôle fiscal ou URSSAF après avoir mis en oeuvre ce schéma peut me contacter en mp.


Je réponds aux questions mais ne vous leurrez pas : Avocat en grève contre la suppression de son régime de retraite autonome ; et contre les réformes de la procédure civile écrites avec les pieds, aussi.

Plus je me documente sur les différents types de status, moins j’y vois clair. Pourtant, ma question est très simple à la base. En imaginant un CA de 100k€ annuel, quelle est la structure la plus adaptée ?

Je sais que vous allez répondre que ça dépend de plusieurs facteurs et qu’il vaudrait mieux que je rencontre un expert-comptable et justement, j’y compte bien mais seuelement après avoir récolté un maximum d’infos avant d’y aller afin de mieux comprendre ce qu’il me dira.

Avec un TJM à 450€ et 220 jours travaillés, que peut-on espérer selon telle ou telle structure ? D’après les précédents messages, on oublie la ME car le plafond est dépassé et qu’on ne peut pas cumuler deux sociétés sur la même activité. Du coup, entre EURL et SASU, que choisir ? Entre IS ou IR, que choisir ? Que peut-on prétendre comme revenus selon ces différents types de société ?

Bonjour Julien,

La SASU et l’EURL se ressemblent sur de nombreux points : les formalités de création sont identiques, 1 euro de capital social est suffisant, votre patrimoine personnel est protégé, etc.

Seulement, la SASU a la réputation d’être plus souple : c’est vous qui décidez des règles d’organisation et de fonctionnement de la société. Aussi, si vous envisagez de vous associer un jour ou de lever des fonds, la SASU est la structure qu’il vous faut.

À l’inverse, le fonctionnement de l’EURL est très encadré par la loi, c’est donc une structure qui peut apparaître plus sécurisante. C’est donc l’idéal si vous souhaitez simplement avoir une structure juridique pour exercer votre activité et que vous n’avez pas de gros projets de développement en perspective.

La SASU est par principe imposée à l’IS. Si vous êtes dirigeant et associé de votre société et que vous vous versez une rémunération significative, l’avantage de l’IS est qu’il vous permet de déduire votre rémunération du résultat imposable de votre société. Le montant de l’IS à payer sera donc plus faible (sachez que vous pouvez opter pour l’IR pendant une durée de 5 ans).

À l’inverse, l’EURL est imposée à l’IR. L’avantage de l’IR est que si vous êtes à la fois gérant et associé, vous pouvez déduire certains frais et charges de votre base imposable.

En espérant avoir pu vous éclairer. :slightly_smiling_face:

1 J'aime

Bonjour Raphanel et merci pour votre réponse.

De ce que vous dites, ce qui me correspondrait le plus a priori serait donc l’EURL. Je fais de la prestation de services et je ne crée pas de startup donc je n’ai pas besoin d’associés ou de lever des fonds par exemple. C’est plus sécurisant et je peux toujours basculer vers la SAS si un jour mes projets évoluent.

Aussi, comme je souhaite me verser un salaire mensuel, il semble plus intéressant d’opter pour l’EURL que pour la SASU où les charges sont beaucoup plus importantes.

Le seul inconvénient à passer en EURL est au niveau de la couverture sociale et c’est le seul point qu’il me resterait à éclaircir pour être bien au fait. Le RSI semble bien moins intéressant que le régime général de ce que j’ai pu entendre ou lire. Ayant 3 enfants à charge et un gros crédit pour la maison, que se passe-t-il concrètement si je ne peux pas travailler pendant 3 ou 6 mois par exemple ?

Bonjour,
j’interviens pour éclaircir votre réflexion. car il est clair que les rémunérations du Gérant majoritaire (associé unique d’Eurl) sont moins soumises à cotisations qu’un président de SASU « assimilé salarié ».
de manière très schématique, cela vient du faite que le gérant ne percevra pas « théoriquement » une retraite équivalente* mais surtout qu’en cas d’arrêt de travail (maladie, invalidité) il n’aura pas droit à une prise en charge. Concernant les remboursements de frais de santé, cela est équivalent pour le ticket modérateur.
Un arbitrage est donc nécessaire. Avec l’économie de charges sociales, prendre des supports pour couvrir l’incapacité, l’arret maladie et la retraite. Pour la mutuelle, cela dépendra si vous êtes en couple ou pas et si votre conjoint à la possibilité de prendre une mutuelle famille…
Pour une personne à la retraite, la reflexion serait tout autre :wink:
je dirais donc qu’il convient de suivre les conseils d’un expert-comptable mais surtout d’un bon courtier en assurance.
Djamel
Expert-comptable qui connait justement un bon assureur.

Bonjour,

Je vois pas mal de gens se faire conseiller la SASU.
Après tout dépend votre statut au départ si vous êtes chômeurs ou pas …

Personnellement je conseillerai de démarrer en AE / ME histoire de tester le marché et votre capacité à être free. Ensuite voir entre la SASU ou l’EURL ce qui serait le plus intéressant, mais en SASU les cotisations sur salaires sont plus importantes qu’en EURL. J’avais trouvé un comparateur ici assez intéressant:

Si vous avez déjà un ordi, pas besoin de faire trop de frais pour commencer et les cotisations en ME sont bien plus basses.

Après je vois que vous anticiper 220 jours de travail dans l’année. Super si vous y arrivez mais en général on a tendance à facturer seulement 10/11 jours par mois. Il y a plein de chose qui sont durs ou impossible à facturer.

Personnellement je suis en train d’étudier le passage de ma SARL en SASU, mais pour l’instant pas sûr que cela soit pertinent.

Je ne suis pas fan des gens qui restent en ME - ok pour démarrer mais après il faut évoluer. Je trouve que la ME crée une distorsion de concurrence avec ceux qui sont en société et qui ont donc plus de cotisations.

Mon conseil, prenez un bon expert-comptable pour démarrer aussi.

Nicolas

Bonjour Djamel et Nicolas et merci pour vos échanges.

Vraisemblablement, il faut que je me tourne vers l’EURL, je n’ai plus de doute à présent. J’évoquais dans mon précédent message un arrêt de travail mais il faut aussi que je me renseigne sur la retraite comme le fait remarquer @DLOUERGLI . Prendre une complémentaire retraite (si oui, à quel coût et pour quel bénéfice hypothétique ?) ou investir dans la pierre pour avoir un revenu une fois à la retraite ?

@Agence-Differente je suis en CDI actuellement avec un statut de ME en parallèle. J’ai convenu de rompre le CDI mais de passer en freelance pour ma boîte actuelle avec laquelle j’ai un contrat de 220 jours. Dans ma précédente boîte de presta, j’ai fait 2 semaines d’intercontrat sur 5 ans d’où mon prévisionnel de 220 jours. Sachant que je pourrai toujours compléter avec un autre petit client si jamais je faisais moins que prévu.

Quelque chose me dit que ça va faire hurler notre ami @VincentB :grin:

Je suis trop fatigué pour ça. :no_mouth:

Disons que je demande à voir le schéma dans sa globalité. Si on a une EURL + une EI micro pour la même activité, je vais devenir rouge brique et de la vapeur va me sortir par les narines, certes.


Je réponds aux questions mais ne vous leurrez pas : Avocat en grève contre la suppression de son régime de retraite autonome ; et contre les réformes de la procédure civile écrites avec les pieds, aussi.

1 J'aime
Proposé avec ❤ ️par Camille Roux