Des suggestions d'amélioration des plateforme projet-freelance-agence ?


(Benjamin Bnds) #1

Salut,

Vous connaissez surement :

Auriez-vous des retours d’expérience côté client comme côté freelance/agence ?
Est-ce qu’il y a de la place pour d’autres marketplaces ?


(Frédéric Libaud) #2

Bonjour,

Ces plates-formes se sont multipliées ces dernières années ! La volonté de vouloir “Uberiser” le secteur n’a finalement fais que remplacer des structures d’intermédiations physiques, donc déplacer le problème. Toujours, avec des coûts d’intermédiations exorbitants, qui ne sont pas justifiés.

A contrario, les freelances/indépendants ont toujours les mêmes habitudes/pratiques en matière de tarification et négociation de mission. Ce qui au passage, fait du tort à l’ensemble…

Mon discours est peut-être peu amène, mais il me semble que les clients finaux on tout intérêt à travailler en directe avec des indépendants. Ce n’est pas si compliqué que cela et dans certains domaines, de toute façon les intervenants le sont déjà !


(Alexandre Faure) #3

Je suis d’accord avec @flibaud, la généralisation des market place de tout n’est pas un super bon concept. On va retourner la charge de la prospection en laissant les clients venir chercher leur presta dans une liste organisée par la plateforme, avec des algo de priorisation parfois obscurs (essayez de discuter avec un hotel à propos de Booking, c’est très instructif) : certes, vous pensez qu’il n’est plus nécessaire de prospecter, mais en réalité, vous apparaissez rarement en première page des listes et qui va aller chercher son freelance sur la troisième page de l’annuaire de la marketplace!

A mon avis, le principal inconvénient c’est que vous n’êtes plus en lien direct avec vos clients, d’ailleurs vos clients ne sont pas vos clients mais les clients de la market-place, qui peut vous imposer ses règles de fonctionnement et ses promotions : lire l’article sur le black friday des freelance, par exemple.


(Frédéric Libaud) #4

Bonjour,

Pour compléter, il faut :

  • Se poser la question de savoir à qui profite réellement le fait de l’augmentation de plafond des AE ;

  • Qu’elle est l’intérêt, le coût et les incidences d’une assurance chômage pour les indépendants. Qui au passage existe déjà (GSC) ;

Je n’ai rien contre les réformes, à partir du moment qu’elles respectent le sens commun et quelles sont dans l’intérêt collectif. Il ne faut pas toutefois s’étonner du battage médiatique autour de l’extension de l’assurance chômage aux freelances, travaillant par exemple pour les plates-formes.

Rappelons que au début du 19e siècle, la plupart des ouvriers étaient payés à la tâche/à la journée… On les appelait d’ailleurs des journaliers.

Il ne s’agit de rentrer dans une confrontation dure… Il n’est dans l’intérêt d’aucuns finalement de pousser telle ou telle population dans une confrontation/objection certes légitime, mais qui pourrait avoir des conséquences lourdes. Poussant par exemple le législateur à prendre des mesures qui favoriseraient pas les mutations économiques nécessaires, qui s’imposent à tous.


(NicoGerch) #5

Salut Benjamin,

Je partage aussi l’avis de Frédéric et Alexandre. L’article sur le black friday des freelances est effrayant… On assiste à une déshumanisation de la relation de travail et ces plateformes créent des conditions artificielles qui imposent de plus en plus de contraintes aux indépendants.
J’ai pas mal de retour comme quoi ce sont effectivement très souvent les même freelances qui travaillent et il est difficile de comprendre comment l’algorithme fonctionne. De plus, je trouve l’évaluation avec les étoiles extrêmement réductrice pour juger de la qualité d’un presta, il y a tellement de paramètres à prendre en compte.

Personnellement, je pense qu’il y a d’autres moyens de trouver des clients en privilégiant notamment le développement de réseau en local, en travaillant avec d’autres indépendants dans une logique de collectif, en participant à des événements, en créant du contenu, etc. Alors oui, cela prend du temps mais ce sont des bases saines et solides qui permettent de structurer une activité dans la durée.

De mon côté, je penche plutôt vers le développement d’outils permettant aux indépendants de s’organiser et de se rassembler pour pouvoir créer des synergies de groupes. Les plateformes de mise en relation existent et ont un potentiel de génération de chiffre d’affaires certain mais je recommanderai de les considérer plutôt comme un complément de revenus plutôt que comme le coeur de son développement d’activité.

Quelques pistes d’outils participatifs que nous développons avec Les Petits Entrepreneurs. Nous réfléchissons à une réponse différente à apporter en mettant en avant ceux qui contribuent, partagent leurs expériences et enrichissent la communauté. On s’intéresse beaucoup à la question de la génération de business et le sujet reste complexe pour trouver la bonne approche. Nous creusons une piste mais je suis aussi preneur de suggestions :slight_smile:


(Hugo Lassiege) #6

(disclaimer : je fais partie d’une de ces plateformes dont il est question)

A mon sens il y a généralisation un peu fourre tout dans le mot “plateforme”.
Entre un Uber qui impose une relation de travail, des horaires, une tarification et une plateforme qui met en relation directe client et freelance sans imposer quoi que ce soit, vous pouvez retrouver un très large spectre de facon de faire. Entre les plateformes à enchères inversées, celles avec contrat d’exclusivité, plateforme off shore ne mélangeons pas tout.

La déshumanisation que vous évoquez ca concerne effectivement les amazon mechanical turk, uber, deliveroo.
Pour d’autres plateformes a l’inverse, l’humain est mis en avant, les relations contractuelles sont directes entre client et freelances et la plateforme sert d’outil (de prospection, de suivi de paiement, d’avance de trésorerie etc…).
Une plateforme saine sur ces principes de fonctionnement (sans contrat d’exclu, avec mise en relation directe, sans pression sur vos tarifs ou assignement forcée de missions, sans enchères inversées etc…) vous pouvez la voir exactement comme du réseautage classique, ni plus, ni moins.

a+


(Michel92) #7

Bonjour,

Je pense que le sujet est, d’une part très vaste, d’autre part assez délicat.

Je suis freelance depuis assez longtemps. J’en vis bien mais je dois reconnaître que j’en vis bien parce que je me tourne vers des clients assez conséquents.
J’ai tenté d’utiliser des sites comme ceux décrits. Pour être clair je vais le nommer : ProgOnLine. Sans aucune méchanceté c’est nul. Vous y voyez souvent 2 lignes successives : une pour effectuer l’analyse d’un projet, l’autre pour le réaliser. Par définition il faut avoir conclu l’analyse pour définir le périmètre des fonctionnalités qu’on va développer avant de connaître le budget pouvant être alloué au développement et surtout savoir comment on va développer. Eux ça ne les dérange pas.

J’ai tenté aussi de proposer mes services à des petites structures. Déjà quand vous leur rédigez une étude de plusieurs pages il faut espérer qu’ils vous répondent. Ensuite ils recherchent avant tout une solution gratuite même si elle leur est mal adaptée.

Donc dans l’absolu effectivement le besoin existe et il est passionnant. dans la réalité je souhaite bon courage à celui qui s’y lance.


(Berfhaen) #8

ProgOnline, on est bien d’accord, c’est juste une vaste blague. J’ai eu des soucis avec eux aussi. Heureusement que j’avais payé avec une e-carte bleue et du coup, il ne pouvait plus me prélever à mon insu par la suite.
En freelance, il faut trouver son bon client et le garder. Pour les autres, tu fermes boutique.


Proposé avec ❤️ par Pragmatic Entrepreneurs
Agence de conseil - Ajoutez du pragmatisme dans votre entreprise