Doit-on accepter de négocier notre prix en tant que freelance ?

(Jonathan Path) #1

Sur FreelanceBoost, on a traduit un article qui dit : Ne négociez jamais vos tarifs. J’en profite pour pour avoir vos avis sur la question.

2 Likes

(Adrian Tombu) #2

Je serais plutôt du même avis, j’en ai d’ailleurs déjà discuté sur le forum :smiley:

Pour moi, un client qui négocie un tarif est un client potentiellement à problèmes. Un client sérieux connait les prix du marché, et sera plus intéressé au bon déroulement du projet qu’à faire baisser ton tarif. Et si de ton côté tu es confiant en tes capacités, et bien tu n’as aucune raison de baisser ton tarif.

Je ne fais qu’une exception, c’est quand je bosse pour une association. J’applique une réduction globale sur le montant du projet. Et c’est moi qui le propose, pas le client qui me force à baisser mon tarif.

0 Likes

(PERSONNAZ) #3

Bonjour !

Mes 2 cents :

Parfois (comme dans mon cas) le client n’a aucune idée du tarif, pour la bonne raison que mon activité n’existe quasiment pas par ailleurs.

Pour répondre à la question initiale, je suis également partisane de ne pas négocier les tarifs, simplement parce qu’ils sont fixés au plus juste ! Je négocie le contenu, et je propose toujours à mon client une possibilité de réduire le coût sur telle ou telle prestation, en lui expliquant ce que cela implique.

Sur mes derniers devis, je n’ai eu aucune évocation du prix. Mais c’est parce que j’ai changé de méthode, et adapté à mon expérience. Au départ, je présentais un devis forfaitaire avec les grandes lignes de ma prestation. Et c’était une erreur. Pourquoi ? Parce que le client ne mesurait pas le travail que cela représentait.

Depuis peu, j’ai radicalement changé la présentation de mes devis : je détaille toutes les étapes de mon travail, avec un prix détaillé pour chaque étape.

Le client a une vision plus détaillée de ce que je lui propose, et il se rend compte que le prix est au plus juste !

Résultat : aucune tentative de négociation du prix.

Parfois ça ne rentre pas dans le budget, dans ce cas je propose au client d’évaluer le seuil à partir duquel il devient rentable pour lui de passer par moi. Je lui fais une sorte de go -no go de ma prestation :slight_smile:

Ma ligne de conduite est très claire : je travaille en toute transparence !

D’autre part, je n’hésite pas à offrir un conseil, ou une prestation complémentaire, très spontanément. Et je ne le regrette pas, car dans mon métier, la fidélisation est importante, et c’est vraiment naturel dans ma relation client.

D’autre part, il arrive que je donne un coup de main tout à fait gratuitement, parce que ça fait partie de ma culture d’entreprise.

Le tarif est une question épineuse, et pour ma part j’ai tâtonné avant de trouver cette formule qui fonctionne très bien, et où tout le monde est satisfait : le client car c’est transparent et que le prix est justifié, et moi parce que la prestation est vendue à sa juste valeur.

Je crois que la politique de prix, surtout pour les prestataires de services est souvent opaque pour le client, du coup je mise tout sur la transparence. Pour l’instant ça me réussit.

Je suis d’accord, quand un effort sur le prix est nécessaire, il faut que ce soit spontané, du coup ce n’est plus une négociation à la demande du client, mais un ajustement, donc un prix au plus juste.

Bonne journée !

Gladys

4 Likes

(Philippe Larcher) #4

Si tu baisses le tarif, tu dois retirer de la valeur en même temps.

0 Likes

(Stéphane GEORGES) #5

Personnellement il m’est déjà arrivé de revoir à la baisse certains devis (très légèrement), notamment pour des projets dits “récurrents” et/ou intéressants, en terme de référence, ou pour d’autres raisons.
La négociation fait partie du processus normal entre un client et son fournisseur et les freelances n’échappent pas à cette règle. Evidemment, si on me demande de faire à moitié prix je ne donne pas suite faut pas rêver, mais chaque situation est différente (profil client, un planning peu chargé, perspectives…), il s’agit donc avant tout d’évaluer l’ensemble plutôt que de se fermer à la moindre tentative de négociation. Cette phase de négociation est parfois compliquée quand on débute (difficulté à expliquer le pourquoi du comment…) cela s’apprend avec l’expérience, comme calculer son seuil de rentabilité, fidéliser ses clients, etc…
Mais le geste commercial peut aussi s’appliquer dans notre branche, amis freelance… :wink:

3 Likes

(Rémy Bigot) #6

Je dirais que ça dépend de la négociation. J’ai eu des cas où l’on m’a proposé une rémunération directe moindre en échange de parts sociales (intéressant).
Dans d’autres cas, ça l’est beaucoup moins, et d’accord pour dire que les plus “pinailleurs” sont souvent les plus chiants derrière…

2 Likes

#7

Bonjour @jonathanpath,

Tu peux accepter de négocier ton prix mais dans une proportion raisonnable, et à condition que cela ne te fasse pas vivre la “misère” :wink: (faut bien gagner ta croûte)

0 Likes

(Marlène Le Duc) #8

Au niveau de la traduction il y a deux tarifs : ceux que l’on propose au client direct, et ceux qu’offrent les agences de traductions, qui sont parfois ridicules voir insultants. Je préfère refuser un contrat plutôt que de baisser la qualité pour compenser la perte, ce qui équivaudrait à faire du “GOOGLE Translate”.
Malheureusement les agences ont un service marketing important et trompe le client final quant au niveau qualitatif qu’au niveau du prix.
Je vois de traductions approximatives, voire dangereuses, La semaine dernière, j’ai été contactée par une agence chinoise qui me proposait 0.03€ par mot ( je facture à minima 0.1) pour la traduction d’un manuel d’utilisation de matériel médical ! Je traduis du juridique, financier, et comptable, et jamais je ne prendrais ce risque, mais ils me répondaient que ce n’était pas grave. Je me demande ce qu’il vont rendre à leur client, et surtout je ne veux pas être le premier patient sur lequel on utilisera cet appareil.
Oui je négocie mes prix, certains me confient du travail régulièrement, règle des 20/80, donc oui je chouchoute ceux là.

1 Like

(Marie Paradis) #9

Hello @jonathanpath,

J’ai décidé de relancer cette discussion enflammée ! :fire:

Dans un premier temps, je partage l’avis qu’il est essentiel de définir ses prix et de les assumer : vous devez reconstruire une frontière en distinguant votre valeur de celle que vous apportez à votre client.

Néanmoins, dans certains cas, il peut être intéressant d’utiliser une stratégie compétitive :

  • Pour accéder à un nouveau compte client et bénéficier des avantages d’un projet orienté vers le long terme.
  • Pour intervenir en qualité de sous-traitant d’un cabinet de plus grande envergure, ce qui limite de facto vos dépenses de marketing et de développement commercial.
  • Pour toutes les organisations qui soutiennent des valeurs ou des actions que vous supportez activement et qui bénéficient directement ou indirectement à la valorisation de votre structure.
0 Likes

(Berfhaen) #10

Perso j’ai accepté une baisse mais parce qu’ils me prennent à l’année (pour plusieurs années), je suis full remote avec 2h de décalage horaire, ils ne sont (vraiment) pas chiant pour payer et le projet est bien mené (les spécifications sont claires).

Voilà une petite vidéo de capitaine freelance :wink:

0 Likes

Proposé avec ❤️par Camille Roux