Faire une étude de marché lorsque l'on est une jeune start-up sans argent


(Tøm's) #1

Bonjour,

J’aimerais connaître des petite astuces pour réaliser une ou des études de marché sans passer par une agence (trop chère pour une petite start-up ) :confused:

Merci d’avance !


(Camille Roux) #2

Hello !

Pourquoi as-tu besoin d’une étude de marché ? Que veux-tu valider ?
N’aurais-tu pas d’autres moyens de valider ton idée que de passer par une étude de marché payante ?


(Tøm's) #3

Dans l’objectif de vérifier si une gamme de vêtement peux marcher par exemple


(Laurent Roger) #4

Bonjour @Toms,
Il s’agit donc de vêtements : avez vous un dessin , un prototype, un produit fini en photo ?
Avez vous défini quel est votre client idéal (sexe, age, catégorie, métier, passions …) ?
S’agit-il de vente en direct ou via des distributeurs, en ligne ou dans un magasin physique ?


(Tøm's) #5

Les designs ne sont pas établies ( plutot sur polo et pull ) mais on serait dans un positionnement 16-25 ans plutôt haut de gamme classe moyenne et aisé qui cherchent à se différencier de part une marque récente et dynamique. On se situerait dans la vente en ligne oui.


(Karim) #6

Bonjour,

Les études de marché payantes sont à éviter.
La partie concurrence, positionnement, cible, volume, panier, etc sont des infos facilement trouvable sur le net.
La partie interview est à faire soit même.
Autour de toi tu dois bien connaître des ados (via la famille, amis de la famille). Ça permet de rencontrer les 1er groupes (les ados et leurs amis) pour discuter et construire ton questionnaire (toujours des questions ouvertes).
À partir de la, faire la sortie des lycées, université, magasins de fringues de ta cible et aborder des groupes. En groupe ils se lâcheront plus facilement que seul.
Il ne sert à rien de demander s’ils achèteront ton produit, par politesse, beaucoup diront oui. Mais si tu sais exactement quelles types d’infos tu souhaites, ton questionnaire ne sera qu’une excuse a une bonne discussion.
Après la tranche d’âge est une cible très volatile, peu fidèle et très sensible aux modes (influencé par les autres, effet tribu). Tenir compte de ca.


(Tøm's) #7

Je comprends merci beaucoup !


(Laurent Roger) #8

Donc pas besoin d’acheter une étude de marché mais sortir de chez soi pour aller au devant de tes futurs clients pour valider ce qu’ils sont prêts à acheter, pour quel montant et à quelle fréquence.
Si tu as un prototype à présenter c’est mieux : un dessin, une maquette ou un premier exemplaire !
Qu’est ce qui va vraiment te différencier des autres ?


(Karim) #9

C’est ça une étude de marché (du moins une partie de l’étude)

Par contre leur montrer un prototype et demander s’ils sont prêt à acheter à quel prix ou à quelle fréquence est inutile s’il ne s’engage pas de suite. Les réponses seront fausses.
Ce sont les habitudes de consommation sur le même type de produits ou connexes qui s’avèrent justes et pleines d’enseignements.


(Laurent Roger) #10

Bonjour Karim (@Aka74), en désaccord presque complet ! Avez vous lu Steve Blank (Customer discovery), Eric Ries (Lean Startup), Ash Maurya (Running Lean), Seth Godin (Vache pourpre), Chan Kim/Renée Mauborgne (Ocean Bleu), Philippe Silberzahn (Effectuation - résumé ici) ? Si oui, alors nous n’avons pas compris la même chose :wink:
Le seul point d’accord, c’est qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant les réponses données tant que le futur client ne paye effectivement pas le produit ou le service.


(Jean Sébastien Leleu) #11

Je valide la réponse précédente, dans le cadre d’une start up le meilleur test est celui du réel, faire une petite quantité de produits et tester le marché en réel, néanmoins, si tu veux faire une étude de marché, quelques astuces comme demandés :

1- Le produit

Avoir le plus de détail sur ton produit possible (forme, prix, circuit de production, circuit de distribution, etc.) , ce qui te permetta de segmenter au maximum ton client (par exemple, si tu fais des tee-shirts, tu sais qu’a priori, c’est pour les sportifs ou les jeunes ou les CSP hipster parisiens qui bossent dans des start ups, etc.)

2- la concurrence

Avant d’acheter des études de qualités mais chères sur Xerfy ou Nielsen, certains blogs sont passionnants et gratuits (exemple comme un camion pour la mode masculine) et te permettent d’avoir beaucoup d’informations
Société.com te permettra d’avoir plein d’infos financières sur les concurrents,
Les sites mêmes des concurrents sont naturellement une ressource

3- les clients
Une fois que tu as bien segmenté, il faut savoir qu’en statistique, je crois me souvenir que tu commences à avoir des résultats à partir de 30 réponses, un questionnaire devant un magasin concurrent , tu fais 30 personnes (une grosse journée de travail, voire deux) et tu auras suffisamment de réponses pour commencer à te faire une idée,
Personnellement je ne suis pas fan d’envoyer un questionnaire aux amis et familles (facebook&co) car rarement ils correspondent à ta cible et rarement objectifs ils seront.

4- les fournisseurs
Ne jamais négliger cette partie, 5% de réduction de ton prix d’achat vaut beaucoup plus que 5% de CA en plus.
Contacter les fournisseurs et leurs demander des devis , les gros ne te répondront peut être pas, mais il te suffit de quelques réponses pour avoir une idée des prix par exemple.

5- l’environnement (état, règles, normes, syndicats)

Bizarrement rarement travaillé et pourtant de nombreuses informations sont trouvables ainsi, chercher les écoles (l’institut français de la mode par exemple? ) cela te permet de discuter avec des étudiants, il y a peut être un syndicat professionnel, qui sera une mine d’information, au niveau réglementaire, il faut chercher un peu mais tout est public, (par exemple, j’imagine que tu n’as pas le droit d’utiliser n’importe quel produit) et si tu bosses le sujet, cela te permet également de te positionner en tant que fondateur sur le sujet et de partager ensuite ta vision avec tes clients ou tes prospects (exemple Faguo qui est une suces story en ayant des fortes valeurs au niveau du respect de l’environnement).

Après comme tout, pour être gratuit ou pas cher, cela veut dire que c’est toi qui fais le jus de cerveau, si tu te sens, c’est une forte source d’économie, mais si tu n’es pas bon en marketing, cela peut valoir le coup de faire travailler des étudiants sur le sujet (en leur proposant d’être un sujet de mémoire en dernière année par exemple).


(Karim) #12

Je n’ai pas lu toutes les références citées mais il y a quelques années j’ai réalisé une étude de marché dans le cadre d’une reprise d’étude en IAE option entreprenariat pour une entreprise qui allait se lancer.

Résultat: la boite fonctionne bien, est en plein développement et recrute.

La différence entre la théorie lue dans les livres et la pratique mis en œuvre sur le terrain.
Bien que j’avais acquis une bonne dose de ces théories via cette formation, théorie appliquée de suite et non distillée sur les forums.

Pour continuer la petite histoire, j’ai accompagné un autre entrepreneur sur son étude de marché.
La présentation du produit promettait beaucoup en appliquant les bons conseils que vous donnez et qui, dans le cadre de ma formation étaient fortement déconseillées pour les raisons données… échec.
Car si l’idée séduisait, si le pricing était bon, si les groupes interviewés étaient prêt à acheter… ils ne l’ont pas fait: mauvaise technique, ne jamais se baser là dessus pour monter son BP financier.

Et pour finir, je pense que vous n’avez pas compris le lean startup d’eric ries… on ne part pas d’une idées que l’on souhaite vendre a une audience (ce qui est le cas ici) mais d’un besoin d’une audience que l’on va satisfaire.
Je doute donc de votre compréhension de vos autres références

J’en resterai là, l’auteur du sujet se fera son idée et son expérience. Pas besoin d’enchaîner sur une petite bataille d’ego qui n’apportera pas grand chose au smilblick


Proposé avec ❤️par Camille Roux