J'ai un concept unique: par ou commencer pour protéger mon idée?


(Laurent Roger) #22

Oui d’abord vérifier avec une personne “compétente” si le concept fonctionne déjà aux USA ensuite s’il est transposable en France à l’identique ou avec des aménagements.
puis étudier comment protéger votre projet au mieux : est ce par le secret (cf Coca) ? par la licence ? par le brevet ? est ce brevetable ? est ce déjà protégé ? quels sont les risques de poursuite en contrefaçon par l’entreprise US ?
ensuite est ce faisable et à quel coût ? est ce qu’une licence de l’entreprise US ne serait pas plus facile à obtenir ? est ce en phase avec les attentes du marché français : réponse aux besoins explicites, aux besoins implicites (non exprimés), coût acceptable au regard des alternatives, etc …
Aucune banque ne finance de “projet” : une banque finance les besoins d’une entreprise (investissements, besoin en fond de roulement), par contre la BPI propose des aides aux porteurs de projet.
Je repose ma question : vous êtes dans quelle région / ville ?
Et une autre : quelle est votre situation et celle de votre ami associé : en recherche d’emploi, salarié ou indépendant ?


(Julia) #23

J’habite Paris, je suis demandeuse d’emploi (mais je ne souhaite pas bénéficier de l’ACCRE afin de conserver mes allocations) et mon ami est salarié.

Le concept américain fonctionne car ils sont en expansion. L’idée de prestation de service est la meme mais je souhaiterais une machine qui diffère sur quelques aspects, mon but n’étant pas de faire du copier coller. J’ai eu cette idée avant meme de connaître l’existence de quelque chose de similaire ailleurs. C’est lors de mes recherches que j’ai vu que la meme idée dans les grandes lignes existaient. Je ne souhaite pas de licence pour exercer à l’identique de ce qu’ils font, je veux ma propre marque avec mes propres solutions telles que je les ai pensees au tout début.

Quelque chose m’échappe: si un brevet était déposé dans un pays étranger, cela bloque t il l émergence de ce type de brevet (avec des différences) dans le reste du monde? Cela m’étonnerait quand même car ca réduirait considérablement l’évolution de nouvelles technologies à travers le monde. Si le brevet n’est déposé qu’aux États Unis, pourquoi cela me bloquerait il?


(FS2X) #24

@VincentB @Coxyflu vous avez raison.


(Thib Bzh) #25

Salut Julia @Coxyflu

Est-ce que la création de ce prototype te demandera beaucoup de temps ? Beaucoup d’argent ?

Si oui : as-tu un moyen de tester ton idée avant même de te lancer dans la création d’un prototype ? En effet je rejoins les propos de Laurent Roger mieux vaut valider son idée, son intuition avant de gaspiller du temps et de l’argent. Il n’y a rien de pire que de créer un produit qui nous semble parfait et se rendre compte que personne n’en veut. L’importance reste le client. Créer un produit pour le produit n’est pas l’objectif final d’une démarche entrepreneuriale.

As-tu une idée des “clients-types” aux USA ? Qui utilisent ce produit ? Pourquoi ? L’utilisent-ils souvent ? etc.

Es-tu certaine que ton produit trouvera une clientèle, un marché en France ? Une idée qui fonctionne aux États-Unis a tout de même très peu de chance d’être “unique” en France … Si tu ne trouves rien en France c’est peut-être qu’il n’y a pas de marché (d’où ma question)

En tout cas cela serait chouette que tu partages avec nous “l’évolution du parcours de cette idée” (sans rentrer dans les détails ah ah :P)

Par contre, à titre personnel, une idée seule ne vaut strictement rien. Ce qui donne de la valeur c’est le processus de rationalisation de ton idée. Une idée seule = rien par contre la manière dont tu vas la réaliser, la rendre concrète constitue la véritable valeur* de celle-ci. J’ai mis un “*” car en fait il faut aussi que ton idée soit un besoin … En effet une idée et un processus efficace ne sont pas suffisants … Encore une fois créer un produit parfait ou presque que personne ne veut… Cela n’a que très peu de sens dans une démarche entrepreneuriale.

Bonne chance et tiens nous au courant :slight_smile:

Thib


(Laurent Roger) #26

Lorsqu’un brevet est déposé dans un pays étranger, il est possible d’en étendre les droits dans les autres pays (moyennant le paiement des redevances annuelles propres au pays). S’il n’est pas étendu à un pays, vous ne pouvez pas être poursuivi pour contrefaçon de brevet dans ce pays, attention ça n’empêche pas d’autres types de poursuite.
Par contre il y des délais qui font qu’un brevet n’est pas visible tout de suite, en France vous êtes quasi invisible pendant 2 ans et vous bénéficiez de l’antériorité de la date de dépôt du brevet français, les dépôts ultérieurs dans les autres pays s’ils sont faits dans le délai règlementaire “remontent” à la date de dépôt en France.
Il est possible que la machine US soit en cours de brevet, ce qui explique que vous ne la trouvez pas sur le site de l’USPTO, elle est peut être déjà brevetée mais par une autre société ou par une personne en nom propre : votre recherche n’est pas suffisante :wink:


(Julia) #27

@Thib_Bzh Bonjour et merci pour ton sympathique message!

Alors pour répondre à tes questions:

J’aimerais pouvoir te répondre quant à la durée de conception et au coût de ce prototype mais à mon grand regret je n’en ai aucune idée et c’est bien le souci! Je dois en parler à un ingénieur pour avoir les réponses fondamentales dont j’ai besoin. Voilà pourquoi j’ai commencé à vous raconter cette aventure ici, sur ce forum: j’avais besoin de savoir comment protéger mon idée avant d’en parler à une tierce personne.

Tester l’idée “avec du bois et du carton” je ne peux pas non plus. C’est quelque chose d’'électronique lié à une application. Comment le tester auprès du grand public ou ne serait-ce même que d’évaluer le potentiel du projet en le présentant à des clients éventuels?

La question qui se pose alors est “Comment valider son idée”? Une étude de marché m’exposerait (car je ne vois pas comment connaître l’intérêt du grand public sans aborder mon concept).

Je pensais à soumettre le projet à des clients potentiels directement mais via une démonstration “fictive” c’est à dire via une présentation numérique appuyée par une modélisation 3D. Mais cela ne se fait peut-être pas; convaincre des professionnels de me faire confiance avec un Powerpoint et une animation 3D n’est peut être pas l’idéal. Cela le serait pour moi car je saurais ainsi si je vais droit dans le mur ou pas.

Je suis d’accord avec toi, le tout n’est pas l’idée mais son exécution. Et là je bloque un peu.

@lc3t35 Merci, j’apprends beaucoup de chose avec vous. Je ne peux pas m’inventer experte en tout ça, chacun son domaine^^ Voilà pourquoi je vais prendre un rendez-vous avec un spécialiste de l’INPI en espérant que la confidentialité soit respectée (car j’imagine qu’ils ne signent pas de contrats de confidentialité à chaque rdv…). J’ai également vu les différents types de prestation qu’ils proposent mais le prix n’apparaît pas. Savez-vous combien coûte une recherche d’antériorité de brevet?


(Laurent Roger) #28

Les prestations de l’INPI vont de gratuit (diagnostique) à 3600€ pour une cartographie des inventions qui couvre l’environnement technologique et concurrentiel autour d’un brevet. Une recherche simple est facturée de l’ordre de 600€ avec les aides pour créateur.
En région parisienne, les services sont plutôt débordés … bon courage pour avoir un rendez vous… je pense que vous allez perdre votre temps et celui du conseiller inpi qui va vous recevoir. Il faut bien préparer ce rendez vous pour que ce soit efficace et bénéfique.
Au niveau du conseil régional, vous avez des aides sous forme de subvention pour financer les dépenses de propriété industrielle. Il y en a plein d’autres mais au stade où vous en êtes, vous n’êtes pas encore prête pour déposer un dossier.
Faites vous accompagner par la CCI idf, demandez un entretien avec un conseiller.


(pierre) #29

Bonjour Julia, je te souhaite la bienvenue sur le forum.
Je voit que ton sujet déchaine les passions !

A mon tour de te donner mon point de vue.
Pour simplifier je vais repartir de ton post en abordant les points dans le même ordre que toi.

Félicitation !
Je me permet d’émettre quelques réserver sur le fait d’entreprendre avec son conjoint :

  • Entreprendre demande d’être capable de tout dire / entendre avec ses associés
  • Entreprendre n’est pas une partie de plaisir, il arrive d’avoir de très mauvaises nouvelles et de très bonnes nouvelles la même journée (aussi appelé “yoyo de l’entrepreneur”), le couple ne peux ne pas y survivre
  • Entreprendre avec son conjoint demande d’être capable de couper le soir et le weekend ce qui est plus difficile quand on partage la même activité
  • Si tu souhaites emprunter ou louer un logement alors il vaut mieux que l’un des deux ai un job “stable”, cela rassure les banques et les propriétaires :slight_smile:

Que que soit votre choix final soyez bien conscient que l’aventure dans laquelle vous vous lancez (seul ou à deux) ne vous laissera pas indemne et dans le meilleur des cas vous fera grandir rapidement ! :smiley:

Une idée n’a pas de valeur légale, seule son exécution peux être protégé.
Ne pas confondre protéger une marque et protéger l’exécution d’une idée. La marque n’est qu’un nom que l’ont protège pour des cas d’usage (les fameuses “classe”) dans un certains nombre de pays, c’est tout.

L’enveloppe Soleau ne protège pas l’idée, elle permet en cas de procès de prouver que tu as eu une idée avant quelqu’un d’autre c’est ce qu’on appelle l’antériorité. Cela permet de faire invalider un brevet par exemple.

A la question “Y a t il un moyen de protéger le concept avant de lancer un prototype” la réponse est clairement NON.
Si tu fait appel à un bureaux d’étude alors tu leur fait signer une clause de confidentialité.
Si le projet se retrouve publié et que la fuite vient du bureau d’étude tu peux les poursuivre en justice.

Dans ta situation tu n’as PAS le choix !

Pose toi toujours la question du risque : que risques-tu ?

  • Risque d’attendre : que quelqu’un d’autre qui a eu la même idée la lance avant toi et prenne des part de marché, ce qui est probable car le concept existe déjà au USA :wink:
  • Risque de discuter avec un prestataire couvert par le secret : que l’idée fuite, dans ce cas il faudra trouver quelqu’un qui ai le temps et le ressources nécessaires pour exécuter l’idée, ce qui a une probabilité faible. Les personnes compétentes sont déjà occupé à leurs projets. :smiley:

Travailler avec un bureau d’étude est un bon début. :wink:

J’espère que tu comprendras avec nos différents retours que tu paniques pour quelque choses qui n’en vaut pas la peine et que tu tu trouvera le prestataire qui te permettra d’avoir suffisamment confiance pour avancer.

Si tu ne fait rien il y des chances (si l’idée a un marché) que cela soit lancé (ou en cours de lancement) d’ici quelques mois/années.

Je te souhaite une bonne continuation.
Pierre


(Vincent BILLETTE) #30

Attention, ça, juridiquement, c’est totalement faux…


(Julia) #31

@pierre Bonjour Pierre et merci pour ta réponse :slight_smile:
Alors oui je dois aller de l’avant et arrêter de me préoccuper car cela me freine sûrement.

La je suis en train de chercher un bureau d’études avec qui je pourrais échanger et grâce à ce forum j’ai appris que les clauses de confidentialité existaient, c’est parfait. À mon stade, le coût pour faire un prototype et par la suite déposer le brevet (bien sûr si la recherche d’antériorité me laisse le champs libre) me fait peur. Penses tu que je puisse m’orienter vers un étudiant en école d’ingénieurs à qui je ferai signer l’accord de confidentialité pour payer moins cher? Est-ce une bonne idée? Si tu as d’autres pistes ou m’orienter, elles sont les bienvenues! Merci en tout cas!

@VincentB Cher Vincent, j’espère que vous allez bien depuis l’autre fois.

Si je faisais appel à vous pour protéger mon idée (car en vous lisant je comprends que c’est possible), quel en serait le coût svp?

Merci et bon après midi :slight_smile:


(pierre) #32

@VincentB as-tu un texte soutenant ce que tu avances ? Car mon retour je l’ai de l’INPI. :wink:


(Vincent BILLETTE) #33

@Pierre, l’INPI n’est pas un organisme de conseil…

Si l’on se situe ainsi dans un cas de protection par le brevet, il faut et suffit que l’on ait affaire à un procédé SUSCEPTIBLE d’application industrielle. Donc, si on a un descriptif précis, on peut demander un brevet même si on a aucun projet grandeur (et parfois il n’y en aura d’ailleurs jamais !). J’ai au ainsi un contact client il y a 15 jours : un titulaire de brevets en règle… qui est en recherche de partenaires pour développer le proto !

@Julia, je vous envoie un mp dès que j’ai 5 minutes (donnez-moi un peu de répit, j’ai des référés qui me tombent dessus comme à Gravelotte…)


(pierre) #34

@VincentB tu confirmes que je dit “une idée n’est pas brevetable” seul son exécution (un procédé) l’est ! :smiley:

Pour passer de l’idée au procédé il y a du travail. :wink:
Si je dit que je vais optimiser le processus de fabrication d’un objet sans expliquer comment alors je ne peux pas poser de brevet.
Si je précise le procédé pour optimiser ce processus alors je peux breveter les plan de la machine et du processus lié.

Il me semble que nous disons la même chose. Tu confirmes ?

Pierre


(Vincent BILLETTE) #35

Oui mais non mais en fait oui mais pas complètement :grin:.

Ce qui est brevetable c’est une invention et elle doit être susceptible d’applications industrielles.

Un objet clairement décrit peut faire l’objet d’un dépôt de brevet sans qu’il en existe de proto.

Un procédé industriel également sans qu’il en existe de chaîne de montage expérimentale. On est d’accord sur ce point.

J’ai juste réagi sur cette histoire de prototype. Ce n’est clairement pas une condition (mais attention, ce n’est nullement impossible : j’ai eu un client qui avait déposé un brevet pour une engin de chantier de son invention et il avait réalisé un proto dont il avait mis les photos dans le dossier de demande de brevet).


(Franck Gautier) #36


Le plus important dans une entreprise c’est l’exécution.


(Vincent BILLETTE) #37

J’ai lu l’article.

Je ne le commenterai pas, mes propos violeraient mon code de déontologie.

Ce qui est rigolo c’est que sur le même site et dans la même rubrique, il y a un autre article vantant la protection des droits de propriété intellectuelle, mis en ligne moins de deux mois plus tard.


(Franck Gautier) #38

Normal pour un avocat de faire la promotion de ses idées.
J’ai été comme cela un temps et est perdu beaucoup de temps dans la théorie et non dans la pratique.
Comme le dis Stevee Blank “le premier contact avec vos premiers clients fait voler en éclat votre vision et business model”.
Les meilleurs entrepreneurs sont ceux qui remettent en cause leur vision tous les jours et qui adopte le lean management.
Alors soit. Perdez votre temps avec cette histoire de protection d’idée mais comme le disent certains Vc : protéger son idée reflète un doute dans votre capacité à exécuter, et avoir de la concurrence est motivant.
Vous jugerez par vous même. Mais quand on a peu de moyen c’est franchement loin d’être la priorité.


(Vincent BILLETTE) #39

Ce ne sont pas mes idées et Richard Stallman est mon idole.

Sauf que justement j’ai un peu de pratique.

Oui, c’est aussi ce que disent les personnes multipliant les relations sexuelles à risque sans préservatif. Ce n’est pas un comportement que j’encourage, je me demande à quoi ça tient…

Penser que le fait d’être prudent obère la performance et l’efficacité est absurde. Si on n’arrive pas à concilier ces 3 impératifs, il y a grave problème de compétence. Ou alors un problème d’argent ce que je puis très bien comprendre mais il ne faut pas alors se raconter des boniments pour justifier sa prise de risque.


(Jimmy) #40

Bonjours a tous,

J’ai une jeune idée un objet qui ne sera pas connectée n’y besoin d’électronique.

Cette objet sera utile pour des pecheurs carpistes ou peche en mer utile pour des handicapés pour des débutants pour les femmes qui aimeraient aussi pecher sans etre limité.

J’ai chercher sur le net et j’ai trouver un objet du meme principe donc un peut deçu mais pas du tous le meme concept que moi si l’ojet est different et d’une utilité mieux élaboré puis je deposer un.brevet ?

Mais je suis dison trop dans la reflexion mais pas du tous en action et sa commence a gonfler mon ame et mon esprit :slight_smile: et je ressens un besoin d’aller jusq’au bout comme une intuition d’etre presque sur de mon idées.

Donc pour debuter il faudrai commencer par le chambre de commerce industriel ?


Proposé avec ❤️par Camille Roux