Marque Blanche / Marque Propre - Comparatif modèle de distribution logiciel SaaS


(Olivier Trouille) #1

Bonjour à tous,

Besoin de votre aide, surtout si la seule évocation des mots 'Marque blanche" ou “Marque propre” vous hérissent les poils et vous mettent en nage :confused:

Notre avons initialement prévu la distribution de notre solution logicielle (une appli mobile de conciergerie pour le particulier) sous notre marque propre. Toutefois, un gros prospect évoque son intérêt de disposer de notre application en son nom propre (son logo, sa charte, son paramétrage, etc).

A priori, la commercialisation en marque blanche est alléchante, mais on souhaite y regarder à deux fois avant de nous décider. Afin d’évaluer les avantages/inconvénients de ce nouveau scénario, on recherche des retours d’expérience sur commercialisation d’un logiciel en Marque Blanche

  • quels avantages / inconvénients
  • conséquences organisationnelles, techniques, juridiques, commerciales, marketing sur le projet initial ?
  • est-il possible de faire raisonnablement cohabiter les deux modèles ?
  • quelles sont les bonnes pratiques ? les pièges à éviter ? les contraintes nouvelles ?
  • comment dimensionner le prix des licences par rapport au prix en marque blanche ?
  • avez-vous des exemples de contrats pour de tels partenariats ?
  • connaissez-vous des spécialistes du sujet (avocats, …) ? des personnes confrontées par le passé à ces choix ?

Merci beaucoup !

Olivier


(Marc.J) #2

Je pense que pour répondre à cette question il faut surtout se demander quel type de business on veut faire, quel est le but de l’entreprise, ici deux choix sont possibles :

  1. Vendre le service sous sa propre marque à des particuliers comme le ferait une startup ou un service comme Alfred http://helloalfred.com

  2. S’orienter vers la vente de solution à des entreprises qui vont utiliser cette solution sous leur propre marque.

Ce sont deux business différents avec deux approches commerciales distinctes et c’est la réponse à cette question qui va déterminer le choix marque propre ou blanche. Ensuite, pour tout ce qui concerne les choses juridiques je laisserais quelqu’un de plus expérimenté que moi répondre à ces questions. Mais je voudrais soulever un point, est-il conseillé de suivre ce “gros prospect” qui veut votre solution pour lui, est-il le seul de vos prospects dans ce cas ? S’il s’avère qu’il est le seul et qu’il vous lâche par la suite comment feriez-vous ? Je pense qu’il faut étudier toutes ses perspectives pour faire un choix judicieux.


(Alexandre Wall'in) #3

Je pense que beaucoup de réponses à vos questions peuvent être obtenus qu’en interne.

Je pense que 2 business modèle peuvent cohabiter ensemble et permettent de répondre à des besoins de clients différents.
À partir du moment où l’un n’empêche pas l’autre, je ne vois pas le problème. Beaucoup de sites fonctionnent ainsi


(Patrick Barrabé) #4

Tout à fait d’accord avec Marco.
Il y a le business d’éditeur de logiciel, et celui de conciergerie.
L’idéal serait de créer deux sociétés, une serait l’éditeur et l’autre son premier client (la conciergerie).
Ensuite, commercialiser l’outil en marque blanche, avec une logique régionale.

Je me souviens d’un réseau social professionnel (LinkedIn, Viadeo, Xing…) il y a 10 ans , qui s’appelait 6nergies, qui avait tout pour plaire, et qui aurait pu enterrer Viadeo, mais qui a longtemps hésité entre les deux modèles pour finalement disparaître.

Pour la commercialisation en marque blanche, les pistes sont multiples : B2B pour de grandes entreprises (sur le modèle des logiciels pour les CE), franchise (pour une meilleure implantation régionale)… Ce ne sont pas les pistes qui vont manquer, mais bien le temps pour toutes adresser!

::


(Frédéric Libaud) #5

Bonjour,

Je partage les avis donnés, il faudra veiller par rapport à l’intérêt de votre prospect à ne pas vous laisser enfermer. Au niveau contractuelle entre autre…

Il faut donc que vous approfondissiez l’échange avec celui-ci pour voir jusqu’où il veux allez.

Sachant que les offres de ce type commence à apparaître sur le marché.


(Nicolas Maisonneuve) #6

Bonjour Olivier,

Ce sont des bonnes questions que tu poses !

As tu reussi a y repondre maintenant, 1 an apres?

notamment pour le pricing comment as tu fait pour argumenter un prix?

(j’ai la meme situation saas + gros 1er prospect)

NM


Proposé avec ❤️par Camille Roux