Plateformes pour Freelance


(Frédéric Libaud) #21

Bonjour,

Suite au parcours du sujet, je souhaitais faire plusieurs constats/remarques :

  • Le nombre de plate-forme d’intermédiation à explosé c’est dernière années, surtout pour les métiers du conseil et du numérique ;

  • Étant inscrit sur un nombre conséquent d’entre elles, je n’ai à ce jour eu aucune mission/prestation pour différentes raisons que j’expliquerais plus bas ;

  • Chaque plate-forme apporte différent services/fonctionnalités plus ou moins intéressantes ;

  • Il est extrêmement difficile d’être présent au quotidien sur toute ces plate-formes ;

  • Certaines diffusent les offres largement et sans critères, alors que d’autres ne permettent pas de spécifier l’ensemble des compétences fonctionnelles, organisationnelle et/ou techniques dont on dispose ;

  • Le nombre d’indépendant tout secteurs confondues va exploser dans les années à venir mais, le nombre de client, lui ne va pas forcément augmenter ;

  • La plupart de ces plate-formes chasse sur les terres des grands comptes du CAC40, alors qu’elle devrais à mon sens proposer leurs offres aux TPE/PME, autrement dit au marché SOHO. D’autant plus, que celui-ci est en devenir, pour ne pas dire en jachère ;

  • Elles en on les moyens techniques et ce n’est pas si compliqué que ça. Cela serais également rentable pour tout le monde, car il vaut mieux un petit client qui paie, qu’un gros qui … ;

  • Les tarifs proposés par les demandeurs/offreurs sont aberrants et ce pour plusieurs raisons : Il s’agit souvent de sous-traitance, “re-sous-traiter”, au passage l’intermédiaire se prend une commission qui peu atteindre plus de 25%, les prix imposés sont bas au prétexte que ce sont des missions longues mais, en fait le contrat ne sera dans l’effectif que de quelques semaines ou quelques mois législation oblige entre autres, les prix ne tienne en aucune manière des coûts que supporte l’indépendant, au moins pour la mission (déplacement, hébergement, …) ;

  • L’argument du projet pour un client prestigieux est fallacieux et j’ai même vu des intermédiaires proposer à des demandeurs d’emploi de se mettre en autoentrepreneur, au prétexte que cela était intéressant pour tout le monde ce qui n’est quand on réfléchit un p’tit peu n’est pas du tout vrai.

Pour ma part, être indépendant veut au moins dire d’avoir un réseau, un carnet d’adresse et de l’entretenir, si possible de le développeur. Les plate-formes ne remplaceront pas cela, en tout cas dans un avenir proche. Il faut donc dans la mesure du possible être présent et se démarquer éventuellement. Faire partie de réseaux, clubs ou structures représentatives est également une aide.

Pour finir et conclure, un service et/une prestation, que cela soit pour du conseil ou pas à un coût, car derrière le professionnel qui apporte celle-ci n’est et ne peut-être à 100% chez son client. A cela différente raison mais, la première étant de devoir ce maintenir au quotidien à niveau. La veille est donc une thématique d’activité importante, personnellement je passe plus de 25% de mon temps à en faire.
On ne peu dire ou indiquer les tarifs que devrais pratiquer un indépendant, car se serais de l’entente illégale, ce qui est interdit par la loi. Il est toutefois, possible de faire des calculs simples et définir une base tarifaire, à partir de calcul inverser. J’entend par là, que pour une rémunération net donnée, on peu aisément définir un tarif journalier ou horaire. A contrario, la sous-traitance en cascade et les commissions des intermédiaires sont réglementées, les abus peuvent-êtres sanctionnés et il y existe le médiateur inter-entreprise (http://www.economie.gouv.fr/mediation-interentreprises), qui permet d’éviter de passer directement par la case justice dans un premier temps.
Personnellement, je refuse systématique les offres de missions sous-traiter en cascades, en générale ça apporte plus de problèmes que de gains. Et les tarifs proposés, dans certains cas à moins de 250€/jour (frais compris) sont incohérent. Il est regrettable que des indépendants acceptent celle-ci car elle ne permettent pas une épuration du marché.
Je fais également parties de ceux qui militent pour que les grandes entreprises fassent plus souvent appels directement à des indépendants. Car pour les métiers du numérique entre autres, elles économiseraient de l’argent, du temps et bien d’autres problèmes !


(Hugo Lassiege) #22

D’accord avec grand nombre de ces éléments.
Je mets juste quelques réflexions supplémentaires.
Concernant le nombre de clients, il est probable que ceux-ci, notamment les PME/TPE dont tu dis toi-même qu’ils sont peu sollicités revoient leur façon de fonctionner. Le recours aux freelances reste faible dans ces boites qui parfois ne savent même pas comment cela fonctionne (j’ai déjà entendu un client me demander comment il devait payer les charges sociales). De plus les PME/TPE ont une grande difficulté à trouver des freelances quand ils en cherchent pour différentes raisons que je ne détaillerais pas ici.
Je pense donc que la demande va augmenter, d’autant plus dans le secteur du numérique qui reste l’un des seuls secteurs en croissance.

Pour ce qui est de la sous traitance en cascade, outre le fait que c’est très limite à différents niveaux, légal, opérationnel etc… c’est effectivement très peu intéressant pour le freelance au final.

Par contre je ne milite pas forcément pour que les grandes entreprises aient plus recours aux freelances. Pour moi cela va se faire naturellement quand les PME/TPE auront été correctement adressés par l’offre de freelancing si les avantages que procurent les freelances leur permettent de marcher sur les gros. Je pense que c’est la meilleure façon de démontrer que leurs process en usage sont contre productifs.


(Frédéric Libaud) #23

En effet, les TPE/PME on du mal à traiter avec des Freelances, entre autre du fait que leurs dirigeants pense que c’est compliqué, pas contractualisé, …
Il est cependant possible pour une petite structure de travailler pour un indépendant et au contraire elle y à intérêt pour la raison, que l’indépendant sera bien plus motivé et efficace. Car c’est bien ce dernier objectif qui est rechercher par le donneur d’ordre, l’efficacité.
Trop d’offre, tue l’offre, le nombre de plate-forme, trop nombreuses à mon sens, ne favorise pas le développement de l’offre auprès des TPE/PME.
Pour ce qui est du numérique, je suis à mon compte depuis 2007 et réalise des prestations auprès d’entreprises depuis cette époque. Bien sûr, il faut adapter, on ne travaille pas de la même manière pour une TPE, que pour une structure du CAC40. Il faut beaucoup de polyvalence entre autre et savoir parfois faire des tâches qui peuvent êtres considérées comme ingrate.
Les clients TPE/PME aimes les offres forfaitisées, autrement dit il faut que tout soit compris, inclus, qu’il n’y ai pas de surprise.
Ce n’est pas contradictoire de travailler pour une grande entreprise ou une TPE, il faut juste adapté.
Comme cela là été dit ailleurs et entre autres, dans des discussions sur ce forum on ne peu tout faire soit-même, l’entrepreneur est par définition seul face au monde. Or il ne le faut pas et savoir faire appel à des compétences extérieurs.
Quand au militantisme, il en existe sous de nombreuses formes, toutefois il est important de faire respecter les règles établies et l’union fait la force.
Et pour le numérique, Transition Numérique (http://www.transition-numerique.fr/) permet et permettra aux TPE/PME d’avoir accès à des ressources pour les aider sur ce sujet entre autres.


(Sylvain Gendrot) #25

J’ai vu Viadeo Freelance il ya peu, quelqu’un a des retours dessus ?
Le lien:

Là il faut payer tous les mois (19€) pour répondre à une offre. Par contre, je ne comprend pas comment créer son profil (il semble récupérer les infos du profil Viadeo comme “un grand”).


(Yannick Ameur) #26

Bonjour
J’aime beaucoup la vision de Viadéo :
http://www.viadeo.com/fr/premium/freelance/subscription?src=header
190 € par an pour la mise ne relation DIRECT :

  • Ne payez aucune commission sur les missions décrochées

Je vais tester !
Ok mais pourquoi le ferai-je ?
car Hopwork, Freelancerepublik.com ou freelance-info.fr, d’autres … voir même MOI qui porte des indépendants Agile avec www.agilenco.fr
sont pour moi les nouvelles ou les futures SSII, pas d’employé prestataire, des services aux freelances et aux clients mais ils developpent tous une force commercial pour :

  • acquérir des CV
  • fidéliser leur clients mais aussi vos clients !
  • donc logiquement au final pour gagner de l’argent.

Le model viadéo me semble plus cordiale : un partage simple des clients et pas d’intermédiaire.

Ok Hugo, s’est trop simple de cracher dans la soupe car je fais partie des acteurs, alors voici mes contres propositions pour améliorer le modèle :

Que me faudrait-il pour accorder du crédit à ces plate-formes ?

  1. 1ére mission avec un % ou fixe puis le client et libre de contractualiser en direct et ils se débrouillent.
  2. A aucun moment une plate forme doit vous demander vos contacts et encore moins vos clients !
  3. Ne pas avoir de responsable commerciale, chargé d’affaire ou responsable de compte sinon c’est une SSII (même freelance)
  4. Jamais d’appel à un client pour savoir si il a des besoins sinon c’est une SSII
  5. défendre le freelance et l’aider à ce vendre au juste prix (donc plus haut que 100 à 500) / à la mission car freelance c’est pas le TJM d’un employé!

En dehors des plate-formes de marché, les SSII vident (sans consultants avec que des indépendants) existent depuis des dizaines d’années donc rien de neuf dans le domaine.
Donc viadéo qui offre un service à abonnement avec mise en relation direct me plait bien comme modèle.


(Frédéric Libaud) #28

Bonjour,

Linkedin s’y met aussi avec Profinder https://www.linkedin.com/profinder, non ouvert en France pour l’instant.
On peu faire une tentative d’inscription et Linkedin nous avertira de l’ouverture du service.


(Lionel Delcroix) #30

Bonjour,

Pour info, je suis sur Viadeo Freelance. Même si c’est un service en cours de démarrage, j’ai déjà eu de très bons contacts dont 1 qui s’est finalisé et un autre en cours de reflexion/finalisation.

je n’ai pas testé les autres plateformes.

Lionel Delcroix


(Gaetan Lc) #34

Bonjour Yannick,

Votre message fait plaisir à lire !

Ces plateformes sont simples et demandent peu d’efforts.
Tout est gratuit donc acheteur et vendeur s’inscrivent et si du business se fait, le site prend sa commission.
Aucun travail de prospection, de négociation, de suivi ou d’aide durant la prestation.


(Laurent Roger) #35

Très bon article de Zapier sur les plateformes freelance : Creative Marketplaces: How to Find and Hire the Best FreelancersEmily Esposito / June 14, 2016


(Alexis Blanvillain) #37

Bonjour à tous !

Il existe en effet de plus en plus de plateformes de mises en relations entreprises / freelances.
J’en ai monté l’une d’entre elles (https://provideup.com/) donc je me permets d’apporter mon retour d’expérience.

Quand on dit “freelance”, il faut savoir que ça n’est pas une unité. En fonction des différentes disciplines les rapports de force sur le marché ne sont pas du tout les mêmes. Il est difficile pour une plateforme d’avoir un seul fonctionnement pour des cas différents les uns des autres. Exemples : il y a peut être 100 clients pour un seul développeur, quand il y a au contraire 1 client pour 100 graphistes. Tout le monde peut se déclarer “graphiste” ou “développeur” et la difficulté pour les plateformes est de bien comprendre qui sait réellement faire quoi et à quel niveau de qualité. Donc le fonctionnement de la mise en relation et la question du “qui paye quoi” est totalement dépendante de ce rapport de force.

Un point sur les feedbacks donnés sur les plateformes :
C’est totalement subjectif. Un freelance peut gagner des contrats sur une plateforme et pas un autre, du coup il va dire que la plateforme est bien, l’autre dira l’inverse. Donc mon conseil pour les freelances est le suivant : inscrivez vous partout car vous n’avez rien à perdre, si ce n’est quelques minutes pour créer un profil et répondre à des offres ou messages… sauf pour les plateformes où il est payant de répondre je vous conseille d’éviter. Ne pensez pas qu’en vous inscrivant sur une plateforme à inscription et candidature gratuite vous allez avoir un client dans le premier mois. De toute façon vous investissez quelques minutes à l’inscription puis pour postuler / parler à des personnes, cela reste un investissement minime. Même si vous avez un client sur la plateforme un an plus tard seulement vous êtes gagnant si le temps cumulé pendant l’année est de quelques dizaines de minutes (créer son profil / postuler / parler à des clients qui n’aboutissent pas).

Avantages pour les clients :
Les clients ont à priori que des avantages puisqu’ils peuvent gratuitement entrer en relation avec des indépendants. Sauf ressources très rares, une plateforme qui fonctionne correctement doit normalement être capable de leur fournir rapidement des profils adaptés.

Pour les freelances :
Je vous conseille d’aller sur toutes les plateformes et également développer votre propre réseau évidemment (événements, etc…). En réalité vous ne savez pas d’où vont venir vos bons clients. Sur ProvideUP nous avons des freelances qui nous ont critiqué car ils ne gagnaient pas de clients, puis ensuite ils en ont gagné, et puis d’autres pas, etc … on ne peut pas dire “ça c’est la plateforme où on gagne des clients”, “celle-ci on en gagne pas”, c’est du cas par cas donc ne vous fermez pas de portes.

La question des prix bas :
Contrairement à ce qu’on peut penser, beaucoup de clients n’ont pas comme critère premier le prix mais bien la qualité. Là encore on ne peut pas faire de grandes théories car les clients sont tous différents, de la TPE avec très faible budget qui ne sait pas ce qu’elle veut au grand compte qui a un budget illimité et qui veut juste de la qualité (c’est d’ailleurs parfois / souvent l’inverse…). Il faut aussi comprendre que beaucoup ne savent pas du tout combien coûte ce qu’ils souhaitent, donc forcément ils sont plus sensibles au critère du prix, mais ça ne date pas d’hier et les plateformes n’ont pas inventé cela. Les clients sont tellement variés au niveau de tous les critères (budget, niveau de connaissance, etc …) qu’il est impossible de faire des généralités.
Ne tapez pas trop sur les plateformes car elles ont de toutes façon les mêmes intérêts que vous (du moins pour celles qui fonctionnent à la commission) : que vous fassiez un maximum de contrats à des prix élevés. Elles n’ont aucun intérêt aux prix trop bas (sauf celles qui font du offshore).


(Billel Messaadi) #39

Hello.

J’ai un projet autour de cette problématique


Proposé avec ❤️par Camille Roux