Portage salarial ou indépendant?

portage-salarial
freelance
indépendant
statut-juridique

(Fanny) #1

Que pensez-vous de ces deux statuts? Lequel préférez-vous et pourquoi?


(Chrystel) #2

Bonjour,

Si vous me le permettez, j’ajouterais un troisième statut, la SCOP (Société coopérative de production), une excellente alternative, en tout cas, j’espère puis que c’est mon choix :-).

Lorsque j’ai monté mon projet, je me suis penchée sur les trois statuts. Le choix dépend de nos moyens, qu’ils soient financiers, structurels, et de notre niveau de compétence sur l’ensemble des savoirs faire annexes à notre activité.

J’ai très vite mis de côté le statut libéral indépendant, très cher dans la mise en œuvre et à moins d’avoir une forte expérience entrepreneuriale, ou pratiquer une activité règlementée et être associé, ce choix n’était pas fait pour moi.
Le portage est pas mal, mais il me manquait un réel accompagnement et surtout je cherchais du réseau. Chose faite, aujourd’hui avec la SCOP. J’ai trois ans pour tester mon activité, je garde mon statut de salarié (donc pas de soucis avec la RSI), la SCOP s’occupe de ma comptabilité et du paiement de mes charges, elle m’assure ainsi la constitution d’une trésorerie.
Actuellement, elle m’accompagne sur mon plan de communication, et surtout, je suis libre et gère mon entreprise. En plus, il savent me donner un coup de pied aux fesses quand il le faut (mais ça c’est le service méga +). A la fin de mon contrat CAPE, c’est à dire, dès que mon CA me le permet, je peux choisir soit de rester dans la SCOP, soit de devenir indépendante. J’ai donc le temps de réfléchir.


(lionel) #3

Bonjour,

J’ai fait du portage salarial, puis profession libérale, puis retour au portage salarial.

Pourquoi ?

1- La tranquilité d’esprit. Tu donnes de ton CA, mais d’un autre côté tu minimises les démarches administratives, comptables, TVA, RSI etc.

2- Protection. Tu cotises au chomage et tu peux l’avoir avec 4 mois de salaire. Tu es remboursé en 3 jours et pas 3 mois pour tes soins. Tu as accès à des mutuelles avec des tarifs groupe.

3- Les sous. La différence NET / CA n’est pas très éloignées. Tu fais des frais comme en profession libérale. C’est en général ce point que tout le monde reproche au portage, mais franchement je ne vois pas trop la différence entre le net que je me dégage et le ca que je fais comparé à quand j’étais en profession libérale.

La SCOP dont te parles @chrysdemez, c’est proche du portage salarial. Celle que j’avais contacté ne m’a pas intéressée car je veux pas être accompagné (je suis pas indé pour rien :wink: ) et parce-qu’au niveau chomage, on te prélève pas les cotisations mais du coup tu n’y as pas droit. Toutes ne le font pas, il faut se renseigner avant.

Pour moi, la bonne question, c’est portage salarial ou SCOP quand t’es indépendant. Suivant ton projet tu peux être complètement indépendant comme moi ou accompagnée comme @chrysdemez. Dans les 2 cas tu as les avantages de l’indépendant et les avantages du salarié.


(Cédric Debacq) #4

Bonjour @chrysdemez vous faite partie de quelle SCOP ? D’avance merci :smiley:


(Cédric Debacq) #5

J’ai débuté en tant qu’Auto-entrepreneur. J’ai gardé ce statut pendant deux années. Je suis devenu entrepreneur salarié qui est le statut que tu obtiens quand tu rejoins une coopérative/SCOP.

J’ai fait ce choix pour plusieurs raisons.
1er : Dans le domaine du graphisme, le statut auto-entrepreneur est souvent associé au low cost ou pas cher et qui n’est pas toujours bien vu par les entreprises…
2e : je cherchais une alternative par rapport à mes charges, car au bout de 3 années en tant que AE tu ne bénéficies plus de l’ACCRE…
3e : je cherchais une solution d’accompagnement et de plus récupérer des droits (assurance maladie, chômage, etc.) que tu n’as pas avec le statut AE.


(Chrystel) #6

Bonjour,

Il s’agit de Ain Geste D’avenir, dépendante de Cap Service, une coopérative d’activités du Rhône Alpes.


(Cédric Debacq) #7

Merci @chrysdemez pour ton retour :smile:


(Fanny) #8

@lionel Oui, c’est aussi l’idée que je me fais du sujet: même si on perd un peu côté financier, le portage salarial, ce sont les avantages du salariat à savoir qu’en cas de maladie grave, on peut prendre un arrêt maladie (pas obligé de continuer à bosser), en cas d’absence de CA, on peut avoir une couverture chômage, en cas de maternité on prend un congé maternité etc…


(lionel) #9

Pour apporter un autre angle de vue sur la perte financière. Sur ton salaire net, ce qui a sur ton compte en banque, on est d’accord. Mais je considère que mon salaire c’est mon brut, pas le brut salarial, le brut complet. L’appelation “charges patronales” est la plus grande arnaque de tout les temps. C’est mon salaire et on me prélève des cotisations dessus.

Quand je compare sur les mêmes niveaux de salaire, indépendant et portage, j’avais effectivement plus de net en indépendant. Par contre je n’avais pas de remboursement en cas d’arrêt maladie, pas d’assurance chomage, une retraite moins avantageuse. Est-ce que la différence entre les nets m’aurait permis de financer un arrêt maladie, une période de chomage, une retraite complémentaire ? Absolument pas, donc pour moi la perte financière est là et le risque est trop grand. Comprendre comment fonctionne la valeur et limiter les risques, en tant qu’entrepreneur n’est-ce pas là notre premier rôle ?

Et pour digrésser un peu plus, on arrête pas de parler de flexisecurtié, moi du coup je me suis fait la mienne. Dans certaines discussions je suis amusé de voir comment ceux qui pronent cette dernière, perçoivent comment je l’ai faite. D’une manière générale c’est assez négatif.

N’attendez pas qu’une société se réforme, réformez-vous vous même.
Jules Renard 1906


(Chrystel) #10

Bonjour,
J’adhère totalement à ton approche @lionel autant sur la question financière que sur la fameuse question de la flexisécurité. Sans faire de démagogie aucune, je crois sincèrement qu’il est temps de se donner le droit de voir les choses autrement.
Certainement par déformation professionnelle, quand j’ai décidé de créer mon entreprise, je me suis projetée sur toutes les scénarii que j’ai pu concevoir. Pascal a dit: “travailler pour l’avenir, c’est agir avec raison”. Perdre une partie de mon salaire brut n’a pas la même incidence que perdre une partie de mon CA. Une défaillance de mon entreprise n’a pas la même incidence qu’une défaillance de mon corps. En ce sens, avant tout choix, sur quelque variable que ce soit, je cherche à peser et limiter les risques. C’est ce qui m’a amenée à adhérer à une SCOP.
En ce qui concerne la flexisécurité, voilà encore un grand mot pour définir un processus que nous, français, ne sommes absolument pas prêts à intégrer, et à mon sens, ce n’est pas plus mal. Un exemple type est la rupture conventionnelle. Il s’agit d’une belle idée, en amont, mais très honnêtement, aujourd’hui, je regrette d’en avoir signé avec des salariés et d’en avoir signé un, moi-même avec mon ex employeur. Mais ceci est un autre sujet. Il reste qu’une approche prospective de nos projets, en soit, nous rend flexisécurisés.


(Chrystel) #11

Au sujet du portage salarial, un petit article bien sympa: Umalis dénonce le prélèvement abusif de plus de 10 M€ par POLE EMPLOI sur les salariés non cadres en portage salarial


(lionel) #12

@chrysdemez cela fait longtemps que je me suis donné le droit de voir les choses autrement :slight_smile:

La différence c’est qu’aujourd’hui ce sujet peut être abordé sans que l’on soit taxé d’utopiste. C’est très encourageant de voir les SCOP se développer. Un autre point encourageant est le changement de point de vue sur l’échec. Là où on tirait à boulet rouge au moindre faux-pas, l’apprentissage de ses erreurs et les rebonds deviennent des valeurs constructives. Par ces retours d’expérience cela ouvre la voie des possibles.

Et cela participe à donner un environnement serein aux porteurs de projet, ce qui n’est pas le point le moins important.

Concernant l’assurance chomage, Pole Emploi a été condamné à plusieurs reprises pour ses pratiques : http://www.juritravail.com/Actualite/portage-salarial/Id/16491


(Fanny) #13

@Lionel: En pratique, est-ce que les entreprises de portage te laisse totalement libre ou bien te demandent-elles des comptes? Te demandent-elles plus de CA, du reporting, te donnent-elles des conseils?

Et au niveau des congés, tu as 5 semaines à poser du coup comme les salariés classiques?


Création d'un lexique pour rendre le forum plus accessible
(Chrystel) #14

Je ne suis hélas pas si optimiste que toi, @lionel . Je me suis faite targuée, récemment, par des entrepreneurs, d’idéologiste. Et aujourd’hui encore, j’ai lu un post sur Linkedin, d’une personne qui remettait en question les missions RH sans même connaitre la QVT et les RPS, sans parler de la RSE. Mon référent SCOP est super emballé par ma démarche, mais il ne m’a pas caché que j’allais galérer. Je confirme lol.
Mais j’y crois et je reste convaincue que notre vision, au-delà de devenir un passage obligé, relève du bon sens. Même si dans les hautes sphères les SCOP ne sont pas aimées, je rebondis sur ton lien, il ne faut rien lâcher sur la possibilité d’entreprendre et de gérer autrement. Quelques beaux jours s’annoncent pour l’URSSAF (contrôle des membres des SCOP tous les deux ans), mais ça ne durera pas, dans la même lignée que Pôle emploi qui vient de se faire épingler:-).
Pour répondre à @Fanny, ma SCOP me ponctionne 10% de mon chiffre d’affaire pour payer toutes mes cotisations et s’occupe de ma comptabilité. Sinon, je suis totalement libre de gérer mon entreprise comme je l’entend. Elle a un rôle de conseil, a moi de les suivre ou pas. Les autres contraintes sont de l’ordre de l’éthique.


(lionel) #15

Là où je suis non. Je suis seul dans la nature, mais c’est ce que je cherchais. Pour les SCOP je laisserai répondre @chrysdemez et @cedricdebacq

Mes congés sont payés avec mon salaire. Donc tu ne poses rien et donc tu as plus que 5 semaines :wink:


(Chrystel) #16

Je gère mes congés, mes salaires, mes frais, la SCOP joue juste, d’une certaine façon, le rôle d’une banque.
Pour être pragmatique, actuellement, je n’ai aucune entrée d’argent, donc pas de salaire. Je continue à toucher mes prestations chômage et la SCOP paie mes cotisations sans retour (sinon, d’avancer sur mon projet et de prouver mon engagement, ce qui est logique). Admettons que je fasse un chiffre d’affaire de 1000€ au mois de septembre: la SCOP me prend 100€ et met mes 900€ en trésorerie, ainsi de suite, sachant qu’ elle ne ponctionne qu’une fois sur le CA courant et ce n’est pas rétroactif. Encore un avantage. Dés que ma trésorerie me le permet, je m’octroie un salaire, que je prévoie au mois de janvier où je n’aurais plus de droits au chômage. Ensuite, je continue à générer mes entrées et mes salaires.
Pendant ce temps, la SCOP me forme en comptabilité, et communication, mes gros points faibles. En résumé, pas d’entrée d’argent, pas de congés, tout simplement. En définitive, ce qui me rend salariée, c’est le fait que je porte le n° SIRET de la SCOP.
Et si je ne fait aucun CA me demanderez-vous? Et bien, je me remets en question , change ma stratégie, pour survivre je peux travailler en tant que salariée ailleurs et continuer mon projet avec la SCOP.


(Fanny) #17

@ tous, merci beaucoup pour vos réponses qui confirment mes pensées.

@lionel Je suis heureuse de lire ton expérience et je pense aller rapidement dans ton sens. Ce statut m’ira comme un gant.

Le système de Scop me conviendrait moins étant capable de grande autonomie et ne souhaitant pas rendre des comptes. Mais je comprends qu’il convienne parfaitement à une personne souhaitant une recherche de motivation externe.

Vos témoignages sont très enrichissants.


(lionel) #18

@Fanny Ravi d’avoir été utile. Je te souhaite un bon démarrage dans ton activité. N’hésites pas à me contacter si tu veux plus d’infos.

Une petite astuce pour la facturation, car dans mon cas les factures sont au nom de la boite de portage. Pour ne pas passer trop de temps à expliquer le concept de portage, j’indique à mes clients que je fais appel à une société d’affacturage et que j’ai externalisé toute ma gestion facturation/paiement chez eux.

Merci à tous des échanges également.


(Fanny) #19

@lionel En fait ce statut est intéressant quand les frais professionnels sont minimes. Sinon, il vaut mieux créer une société et les passer sur son bilan.


(lionel) #20

@Fanny que te propose-t-on ?

Je peux passer :

  • 80% de mes factures communication (internet, téléphone)
  • 70% de mes achats de matériel (mobilier, informatique)
  • 100% du reste de mes frais (train, hotels, avions, restaurants, postes, location bureau)

En libéral je passais 5/7 (71%) sur mes communications.

Je passais 100% avec amortissement sur mes achats. C’est là que ça peut impacter une activité. Si ton activité demande un fort investissement en équipement, les 30% peuvent ne pas être avantageux. A dissocier des ces frais l’achat de matériel que tu revends. Dans ce cas le portage en SCOP sera peut-être plus avantageux, mais je crois que la société de portage où je suis le fait aussi.

Mon activité me demande rien de tout cela, mes achats en matériel ont représenté un pc portable + un tel portable + une tablette en 4 ans, soit 800+180+100 = 1080 * 0.3 = 324 euros soit 81 euros par an :wink:

Pour le reste la location de serveur, nom de domaine passe en frais à 100%.


Proposé avec ❤️par Camille Roux