Rachat de parts dans une SCI

Bonjour,
Je pense que le sujet a certainement déjà été abordé mais …

Dans le cadre d’un projet professionnel, je souhaite créer deux sociétés : la première au format SCI/IR propriétaire du bien immobilier ; la seconde SAS en charge de l’exploitation.
Dans la situation actuelle (Covid), je sens les établissements financiers frileux (plus que d’habitude) à leur participation active dans le financement de l’opération.
Le principal financement étant associé à l’achat du bien immobilier, pour contourner cet obstacle, je me suis dit que je pouvais proposer au propriétaire actuel de créer une SCI commune dans laquelle il apporte le bien « en nature » (le prix étant fixé définitivement). Au travers de l’exploitation de la SAS, je lui proposerais de « racheter » régulièrement ses parts dans le bien au travers :

  • des loyers générés par la location du bien et versées à la SCI,
  • de la trésorerie dégagées annuellement.

Ce montage technique vous parait il réalisable ? Quel est le moyen pour « transférer » la trésorerie de la SAS vers la SCI ? La SAS doit elle être partie prenante de la SAS ?

Merci d’avance pour votre retour.

Bonjour.

Chances de trouver un pigeon qui accepte : proches du zéro absolu.

Sans parler du coût prohibitif du procédé sur le long terme…

Bonjour,
J’espérais une réponse de votre part mais pas celle-ci.
Mon objectif est de pouvoir financer l’achat du bien au travers d’un prêt bancaire ; mais à ce jour, je sens les établissements financiers réticents à investir dans le domaine du « tourisme ».
L’objectif est de « temporiser » sur l’investissement dans les murs par un rachat au fil de l’eau des parts du propriétaire au travers du montant du loyer (ce qui devrait aller vers le remboursement du prêt bancaire).

Quand vous parlez du « coût prohibitif », vous pensez à quoi ?

A chaque cession, acte de cession, droits d’enregistrement, modif des statuts, modif du rbe, frais de greffe. En plus si ça se trouve il faudra à chaque fois se taper une purge de droit de préemption urbain… pas glop.

Mouai…

Quel serait le montage financier le plus intéressant pour s’affranchir de ces tracas et surtout « sécuriser » le propriétaire actuel ?

Trouver une banque qui accepte de prêter…

1 J'aime

Euh … Effectivement plus de soucis dans ce cas.

Et si pas d’acceptation du dossier de prêt, pas d’autre(s) moyen(s) de contourner cette difficulté ?

Il y en a mais on fait de la taule pour ça…

J’aime bien les oranges mais … c’est un peu acide !

Pas de solution acceptable alors.

Désolé. Côté banques c’est serrage de boulons à tous niveau en ce moment.

Oui. Ils étaient déjà pingres avant le Covid, maintenant il faut pratiquement leur en donner pour qu’ils vous suivent…

Proposé avec ❤ ️par Camille Roux