Rachat societée crédit vendeur


(Louis) #1

Je souhaite racheter une SAS francaise avec un financementcrédit vendeur. 50% au moment de la vente et les autres 50% sur 3 ou 4 ans sous forme de crédit vendeur avec bonus si bons résultats et des garanties si mauvais (restitution des parts)

Cette façon de proceder est très utilisé dans les pays anglosaxons mais en France j’ai du mal a trouver un vendeur acceptant ces termes.

Je crosi comprandre que ca a avoir avec la fiscalité. 30% flat tax sur les plus values en France et seulement 10% au R.U. par exemple.

Pensez-vous que cette façon de proceder au rachat soit moins prisé par les vendeur francais a cause de la fiscalité ou plutot au niveau culturel ou autre raison ??.. merci de partager vos points de vue.


(Vincent BILLETTE) #2

Bonjour,

Pour une autre raison. En ce qui me concerne je déconseille en général ce type de pratique en raison des risques inhérents à l’opération.

Il y a d’abord le risque d’impayé. Le principe du crédit vendeur est que l’on vend à une personne… qui n’a pas les moyens de payer ou de se procurer du crédit. Chercher un vendeur acceptant un tel schéma s’assimile donc souvent à une chasse au pigeon.

A noter cependant que si je suis résolument hostile au crédit vendeur sur une cession de fonds de commerce, je suis moins rigide en cas de cession de titres sociaux.

Là, par contre, en ce qui me concerne, c’est “niet”. C’est l’exemple type de la tarte à la crème. Car si les résultats sont mauvais, cela signifie que le cédant va se récupérer… une entreprise dégradée ; ce n’est donc pas une garantie pour le cédant, c’est même tout le contraire ! Et dans la mesure où la cession est souvent faite au moment où le cédant part en retraite, vous imaginez sa joie quand il se récupère la boîte…

Il y a aussi des inconvénients fiscaux, certes, mais ils sont secondaires. Le schéma est défectueux “by design”.


(Louis) #3

Merci de ta réponse,

En ce qui concerne le premier point, votre interpretation n’est pas exacte et plutot tres pessimiste. Mais ca me permets de comprendre la mentalité du chef d’entreprise cédant et méfiant francais.
Pour vous il est normal que 100% du risque repose sur les épaules de l’acheteur ?

La raison por laquelle un acheteur souhaite acheter en crédit vendeur n’est pas parce qu’il n’a pas d’argent mais plutôt

  1. Il s’assure que le vendeur reste dans le bateu donc ca mitige le risque
  2. Il preserve son capital non pas pour acheter l’entreprise mais pour la developper
  3. les banques sont rasurés de voir que le vendeur est prêt a partager le risque donc les banques prêtent plus facilement.

Aux USA et RU cette pratique est très courante donc… j"e suis surpris qu’en france ca ne se pratique pas.
Peut être car pour le moment il y a plus de demande que d’offre…


(Vincent BILLETTE) #4

Ce n’est pas une interprétation c’est une analyse.

Et elle est totalement exacte. En 20 ans j’ai pu accumuler une modeste expérience pratique de la chose.

Si vous voulez que le vendeur accepte de vendre, c’est un peu le principe.

Non, si le vendeur veut rester dans le bateau, il reste associé !

Les banques regardent leurs garanties ; le reste elle s’en tamponnent.


Proposé avec ❤️par Camille Roux