Rester en AE ou changer de statut ?


(Mox) #1

Bonjour,

Je suis actuellement en AE en tant qu’électricien en activité mixte, c’est-à-dire que je fais de la prestation de service et vente de marchandises, sur mes déclarations de cotisations j’ai deux taux différents (BIC et BNC). Mon chiffre d’affaire au troisième trimestre de cette année était de 36k€. À la fin de l’année je vais être à 40k€/45k€.

Mon chiffre d’affaire est en constante augmentation depuis le lancement de l’entreprise il y a 3 ans maintenant. J’avais l’accre, la je vais commencer à payer à 100% mes cotisations. Alors je me demande si ça vaut vraiment le coup de rester en AE, de plus il faut savoir que j’achète du matériel pour exercer mon activité (fournitures) d’où l’activité mixte expliquée plus haut, en plus des fournitures, j’ai aussi des frais liés à mon activité : compte bancaire, assurance décennale, consommables, serveur dédié (développeur web à mes heures perdues), véhicule, j’ai investi également dans des outils, je compte prendre un véhicule plus grand en 2018, j’aimerai aussi récupérer la TVA sur mes achats, bref déduire mes frais.

Selon vous, et selon mon activité et mes frais cités plus haut, quel statut serait le plus adapté pour moi ? Pour mon chiffre d’affaire, je pense passer en EI pour évoluer progressivement sans contraintes administratives supplémentaires, car mon travail me demande déjà beaucoup de temps. Une fois que mon chiffre d’affaire avoisine les 100k€, je pense passer en société. Qu’en pensez-vous ?

Autres questions : si je passe en EI ou EIRL, sur quoi le RSI se basera pour mes cotisations obligatoires en 2018 ? Ce sera un forfait ou ils vont se baser sur mon CA d’AE en 2017 ?

En EI ou EIRL je peux faire ma comptabilité moi-même comme en AE ? Pour la TVA faut-il utiliser un logiciel spécial ? Passer obligatoirement par un comptable ?

Merci infiniment pour vos réponses et votre aide.


(Vincent BILLETTE) #2

Bonjour,

Beurk.

Y en a encore pour envisager ce “machin” ?

Vous pouvez le faire vous-même mais un logiciel dédié est très conseillé. Tous gèrent la TVA.

Avoir un comptable est toujours préférable. A vous de voir ensuite le niveau des prestations dont vous avez besoin (et le coût…).

Pour la sécu, je ne vais pas me mouiller car avec la réforme à venir du RSI…


(Adrian Tombu) #3

Pour avoir expérimenté le statut pendant 1 an 1/2, je plussoie le “beurk” sur l’EIRL :grinning:


(Edouard SELVY) #4

Pourquoi plussoyez vous le beurk sur l’EIRL ?
Perso je ne la préconise quasiment jamais, mais quand quelqu’un est déjà en EIRL je ne le fais pas en changer systématiquement…


(Mox) #5

Bonsoir,

Merci pour vos réponses. Si l’EIRL est à éviter, il faut choisir quoi ? EI tout simplement ? Un autre statut ?


(Vincent BILLETTE) #6

Tout dépend de vos besoins…

Essayez de céder une EIRL. Vous changerez vite d’avis (et vous ferez péter le Doliprane).


(Edouard SELVY) #7

Perso j’aurai tendance à basculer directement sur une société SARL (dit EURL si vous êtes seul) ou SAS (SASU si vous êtes seul. La seule différence administrative avec une EI c’est 1) la création : il faut des statuts, publicité légale, enregistrement et 2) chaque année : rapport de gestion et assemblée générale
Il y a de très bon simulateur pour comparer le coût de l’AE avec des régimes de bénéfices réels, vous les trouverez ci-dessous
http://www.eirl.fr/outils


Mais de ce que j’ai pu observer, quand vos charges réelles commencent à représenter 15 % de votre CA (pour un prestataire, ou de la marge pour une activité achat-vente) l’AE commence à être moins intéressante ue les autres statuts.
Après SARL ou SAS, c’est principalement votre statut social qui change. Travailleur non salarié d’un côté ; assimilé salarié de l’autre. Il y a des avantages et des inconvénients de chaque côté.
Au niveau des cotisations sociales (pour le cas de la SARL), le RSI vous appelle des cotisations selon votre rémunération. Sauf que la première année et début de deuxième année, ils ne connaissent pas votre rémunération, donc ils vous appelle sur une rémunération théorique de 7,5 K€ la première année et 10,5 K€ en début de 2ème année. Ensuite ils régularisent en fonction de votre rémunération réelle.


(Edouard SELVY) #8

Effectivement je n’ai jamais essayer. :smile:


Proposé avec ❤️ par Pragmatic Entrepreneurs
Agence de conseil - Ajoutez du pragmatisme dans votre entreprise