Retour d'expérience Comet et Malt

outils
freelance

(salaminos) #1

Bonjour,

Je souhaite savoir si quelqu’un a trouvé une mission via le site comet ou malt pour avoir un retour d’expérience sur :

  • Site : Malt ou Comet
  • Le contrat :
  • La facturation :
  • Profil :
  • TJM :
  • Délai de paiement :
  • Durée de mission :
  • Autres :

Merci beaucoup


(Weeteam) #2

Salut. Je ne connais pas Comet, mais suis inscrit sur Malt depuis 2 ans ans déjà dont 1 an en tant qu’utilisateur actif avec un profil bien soigné, portfolio, super témoignages clients (externes).

Du coup, au bout de 2 ans je n’ai eu aucun lead avec.
Alors, MALT se positionne comme une plate-forme professionnelle en te demandant pleine de papiers très sensibles pour valider ton compte, mais au final, c’est une plateforme « passive », un trombinoscope quoi.
Certes, cela est devenu plus beau après la réorganisation, mais sur le fond cela reste la même chose qu’auparavant (Hopwork).

J’attendais d’avoir quelque chose comme fait l’anglais Clutch, qui te pousse des prospects. Donc déçu.


(UpDoze) #3

Bonjour, également présente sur Malt, très déçu. Nous sommes noyés dans la masse, les seuls à qui Malt profite ce sont ceux qui ont déjà beaucoup de réputation sur le site, ils sont mis en avant bien plus que les nouveaux profils, résultat se sont eux qui récoltent tous les prospects.

J’ai eu une seule proposition jusque-là et encore elle ne correspondait pas vraiment à ce que je recherchais.

Vous pouvez faire un profil histoire d’y être pour espéré de la visibilité, mais c’est tout.

PS: Les community dev de Malt n’hésitent pas non plus à lire les posts ci-présents et nous envoyer un mail nous proposant un rdv téléphonique pour soi-disant nous permettre de trouver plus de missions.

Cordialement.


(WilldeR) #4

Hello, pareil j’ai de mauvais retours de Malt… en revanche plutôt bon de Comet.


(Arnaud Lemoine ) #5

Malt… totalement inefficace pour mon métier… je vais d’ailleurs supprimer ma fiche
Comet… pas mon domaine d’activité…


Proposé avec ❤️par Camille Roux