Comment j'ai quitté Gmail

Après vous avoir parlé de ma sortie de Google, j’ai détaillé ma migration de Gmail vers FastMail dans un nouvel article de mon blog :

1 J'aime

En revanche, en utilisant une adresse de type @gmail.com , si on veut changer d’adresse, il faut aller la modifier partout où on s’en sert. Croyez-moi quand on l’a depuis presque 12 ans, c’est pas fun à faire !

Je partage ta douleur pour avoir fait cette transition il y a quelques années sur 2 adresses Gmail différentes :joy:

1 J'aime

Ha oui, ça m’a vacciné ! On ne me reprendra plus à faire cette erreur :slight_smile:

1 J'aime

Bonjour, quel intérêt à part se compliquer la vie inutilement ?
J’ai bien d’autres choses à faire que quelquechose si inutile…

C’est subjectif, tout dépend de ses convictions. Personnellement, avoir autant de données chez Google était de moins en moins en phase avec mes valeurs/convictions. C’est ce qui m’a fait changer.

1 J'aime

Juste pour essayer de convaincre (?) @BuDrWo que de changer sa boîte mail par autre chose que Gmail n’est peut-être pas si inutile.
Le business de Google, par l’intermédiaire de ses différents services, est de récolter et de financiariser vos données personnelles et professionnelles pour son propre compte et malheureusement souvent à notre-votre insu.
Dernière info croustillante liée à Gmail est la liste des achats :
" Google a une liste méconnue de tout ce que vous avez acheté en ligne, et personne ne comprend pourquoi "

Si vous souhaitez :
Préserver vos données personnelles, Sécuriser les données sensibles de votre entreprise, Échapper au droit américain, surtout si vous êtes une société d’import/export, mieux vaudrait envisager de modifier tous vos espaces de stockages de données, bien sûr vos mails mais pas seulement tous vos clouds et serveurs aussi.

Le problème est en fait bien plus vaste que l’utilisation des services de Google.
Si vos données personnelles et celles de votre entreprise sont stockées sur un cloud américain, même sur le sol européen, elles peuvent être l’objet d’espionnage ou de surveillance légale (Cloud Act 2018).

A la différence de ce que peux penser Camille, il n’est plus question de subjectivité ou de conviction mais de droit :
« Il suffit d’utiliser une puce électronique, un iPhone, un hébergeur ou un serveur américain pour vous retrouver sous le coup de la loi américaine, explique l’économiste Hervé Juvin. C’est un piège dans lequel de nombreuses entreprises sont tombées. »
https://www.mapao.net/security-site/fr/blog/pourquoi-comment-echapper-aux-geants-du-net

BuDrWo si vous ne voulez pas voir votre vie se compliquer il ne serait peut-être pas si inutile justement de faire autrement !

2 J'aimes
Proposé avec ❤ ️par Camille Roux