[Défi] Comment devenir développeur front-end en 3 mois ?

développeurs

(Frédéric Libaud) #42

Impossible d’être expert en ayant qu’une lecture de livres et autres tuto quelque soit le sujet d’ailleurs…

Les experts, je l’ai connais, ceux en noir et blanc par exemple que l’on voit arriver à bras raccourcis dans les DSI/DOSI et payer à prix d’or… Çà à au moins cet avantage de faire générer du cashflow pour leur boite. Bien souvent ils sont incapable de démontrer par A+B ce qu’ils avancent et cela ne date pas d’hier. Dans le domaine IT et ailleurs aussi c’est récurrent. Par contre question vocabulaire ils sont très fort…

Certes on sort du sujet mais comme le dit Karim (@Aka74) l’expertise s’acquiert à partir d’une solide formation de base aujourd’hui. Ensuite il faut de la pratique, beaucoup de pratique…
Arguments à cela, pour le secteur IT :

  • 60% des projets dépasses de 60% les budgets et délais !
  • De nombreux projets, la plupart sous-traiter on des difficultés pour êtres menés au bout ;
  • Le turn-over des ESN (Entreprise de Service Numérique) est très élevé ;
  • Etc.
    L’école/les études ne permettent que l’apprentissage des bases de métiers qui sont et/ou seront parfois mort dans un plus ou moins proche. Ce sont les mutations économiques et sociétale qui impose cela et c’est pour cette raison mais, ce n’est pas la seule que nous avons du chômage en France.
    Il faut donc aujourd’hui apprendre à apprendre et favoriser l’apprentissage et le mentorat/tutorat.

Nabil (@caliopolis) un manager doit pouvoir faire se que ses équipes font, sinon il n’a aucune légitimité ! C’est pour cela que dans les grands groupes US on voit des chefs d’équipes/managers venir de la base en suivant des cursus de formation interne.


(rrrbenjy) #43

[quote=“flibaud, post:42, topic:3628”]
on voit des chefs d’équipes/managers venir de la base en suivant des cursus de formation interne.
[/quote] @flibaud Bien dit ! Je préfère prendre un technicien qui m’offre des solutions adaptées aux enjeux de mon entreprise plutôt qu’un expert bac+“10” qui ne s’intéresse qu’à lui : “moi je, mon parcours, je sais faire ça, je soulève des montagnes, bref du hors-sujet!”
Je vous assure que l’approche et le niveau de rendement est différent. Un technicien fera plus pour vous gagner et vous faire gagner, plutôt qu’un soi-disant expert qui demandera à être payé pour ses diplômes et son costard sur-mesure ! L’entreprise c’est du vrai, faut demander du vrai ! (nos conseillers sont à votre écoute, vous pouvez nous contacter à tout moment au 3680, appel non surtaxé - rrrbenjy : à vos côtés !!)


(Xavier Priour) #44

C’est un beau projet!
Je pense que tu as intérêt à procéder par étapes, en appliquant chaque étape un mini projet. Je conseillerais le séquencement suivant:

1- HTML5 et CSS3, en faisant un petit site perso statique
2- un framework CSS (Bootstrap ou Fondation, en fonction de ce que tes devs utilisent), en le mettant en oeuvre sur ton site perso.
3- les bases de javascript, en ajoutant par exemple un compteur ou une validation de formulaire
4- jQuery

A ce stade, tu as assez de bagage pour comprendre ce que te diront tes devs quand tu auras besoin de faire évoluer le front de ton appli, voire faire quelques changements cosmétiques toi-même.
S’il te reste du temps et de la motivation, tu peux attaquer le back:

5- un langage de programmation serveur simple, pour faire une page dynamique simple (genre afficher l’heure du serveur) - je te conseille le PHP, en mode procédural simple.
6- la communication client/serveur simple (formulaire coté client, requête POST/GET coté serveur) - idem, en PHP
7- SQL et bases de données > pour comprendre d’où viennent les données, comment les sauvegarder, et comment utiliser tout cela dans ton site

Là, tu es équipé pour comprendre le dev web 1.0. Reste à passer sur des technos modernes:

8- un framework serveur (Laravel, Rails, node,…), prends celui que tes devs utilisent. Cela peut nécessiter d’apprendre un nouveau langage de programmation…
9- les outils et pratiques de développement: gestion de source (git), outil de build, tests, etc.

Pas de liens de ressources précises par contre, désolé :frowning:

Comme dit plus haut, cela nécessite temps et motivation, mais cela te permettra de discuter avec tes devs de manière efficace et de faire de petites modifications en toute indépendance.

Bon courage!


(Xavier Priour) #45

@Steph, ça a donné quoi? Tu es bilingue développeur maintenant?


(Steph Nass) #46

Hello @xavierpriour

J’ai fait deux MOOC, c’était cool. J’en ai tiré 2 enseignements :

  1. Coder, c’est vraiment chiant ! Tant mieux s’il y a des gens qui aiment ça, et qui sont mêmes passionnés, mais je suis vraiment ravi d’être du côté business. Je préfère mille fois faire du porte-à-porte 80 heures par semaine que coder une seule landing page. ^^

  2. Ca n’a aucun sens d’essayer d’être codeur/développeur en “dilettante”. Ca demande du talent, beaucoup de travail et un intérêt sincère pour la discipline. Donc j’ai bien plus intérêt à renforcer mes skills dans mon domaine à moi, et devenir un excellent profil business pour ensuite prétendre m’associer avec un excellent profil technique.

Merci pour vos conseils à tous !


(Benjamin Bnds) #47

Super démarche en tout cas @Steph.


(Frédéric Libaud) #48

Bonjour @Steph,

Merci pour le retour, qui conforte mon propos…

En effet, quelque soit le métier n’est pas qui veux, il faut à la fois la formation, la pratique et l’expérience. Cela dit on peu changer de métier dans la mesure que l’environnement y soit favorable.


(Anthony) #49

Hello !

J’arrive un peu après la bataille ! Je trouve cette discussion très intéressante ! Je travaille pour une école de développement en téléprésentiel O’clock (bon, le p’tit lien qui va bien pour les curieux => https://oclock.io ) et je trouve que le retour de @Steph pourrait être une sorte de réponse type à toutes les personnes qui nous contactent pour étudier chez nous.

La plus grande erreur à faire et de se lancer dans une formation, ou dans un projet d’apprentissage long et parfois couteux, si on ne sait pas, un minimum, dans quoi on met les pieds. Ton retour est frappant, tu as fait un essai et tu détestes ça. Et cela montre que ce métier n’est pas fait pour tout le monde. Attention, je ne dis pas que c’est un métier élitiste, réservé à un petit groupe de privilégiés sur-diplomés. Mais ça reste un métier à part, avec son propre paradigme qui peut en rebuter plus d’un.

Le petit souci c’est que le métier de développeur, c’est le boulot à la mode. Tout le monde en parle, tout le monde veut le faire etc. Fondamentalement, ce n’est pas un souci. C’est même plutôt encourageant que les gens s’enthousiasment à ce niveau. Mais il y a un vrai paradoxe : c’est le boulot le plus coté en ce moment et pourtant, c’est le boulot le plus méconnu. Les candidats sous-estiment beaucoup tout le travail, la rigueur et les efforts psychologiques qu’exige le métier de développeur web. Il suffit d’essayer de coder deux/trois heures pour s’en rendre compte.

Au-delà de ça, et si j’avais lu ton post un peu plus tôt, je pense que je t’aurais répondu autrement. Là, encore, je me base sur les demandes que l’on reçoit. Beaucoup de candidats nous contactent en nous disant “votre formation est sympa parce que je n’ai que quelques mois de libre et la votre correspond à mon emploi du temps”. Je les arrête tout de suite parce que je trouve que ce n’est pas la bonne manière de raisonner. On ne se fixe pas un objectif d’apprentissage, sur un horizon de temps fixé au préalable. Par définition, si on décide d’apprendre quelque chose, c’est que l’on ne connait rien de cette chose. Alors comment savoir en combien de temps nous pourrons l’assimiler, sans connaitre tous ses contours ? D’autant plus que l’on est tous différents et que nous n’apprenons pas tous au même rythme. Il est donc impossible de se fixer une deadline. Mettons nous des objectifs de performances, de connaissances, mais pas de temps. Car c’est une variable que nous ne pourrons jamais maitriser. Surtout quand on apprend tout seul, par ses propres moyens.

Cela rejoint ton deuxième point : ne pas apprendre en dilettante. Clairement, ce métier demande un investissement entier, en terme de concentration et en terme de temps. On décide d’y aller à fond, et on décide de ne pas y aller. Et cela est en contradiction (à mon sens) avec une deadline de temps ! Encore une fois, je parle surtout de l’auto-formation car c’est l’inconnu.

En tout cas, t’as tenté l’expérience et on ne peut que te saluer pour cela ! Super démarches ! Encore une fois, je me servirais de ton retour pour encore mieux accompagner mes étudiants :slight_smile:


Proposé avec ❤️par Camille Roux