Dropshipping pour limiter les risques sur son modèle économique

drop-shipping

(SdE) #1

Bonjour,
Le Dropshipping est un modèle économique innovant qui permet de monter des business en limitant les risques. J’ai listé les avantages et inconvénients de ce système vous envoyez d’autres?

Avantages :

  • allège la trésorerie car il n’y a plus besoin de se constituer un stock
  • élimine le problème de l’espace de stockage
  • permet de tester un marché à moindre risque
  • élimine le problème de l’espace de stockage
  • offre une mobilité au vendeur
  • permet d’étoffer sa gamme de produits
  • permet de s’adapter facilement aux saisons

Inconvénients :

  • La marge est plus faible
  • La maitrise des délais de livraison est plus difficile
  • La gestion des commandes est plus complexe
  • Le drop shipping n’est pas adapté aux produits complexes

Qu'est-ce que le Drop shipping ?
(Benjamin Bnds) #2

Dans le cas d’un ecommerce, si tous les produits vendus sont en dropship, les avantages sont :

  • plus de logistique “bas” niveau à gérer (local, management, recrutement, réseau, outil informatique, matériel, etc.)
  • plus de stock physique et comptable

Pour reprendre tes inconvénients :

Pas forcément. Si ta logistique n’est pas impécable, ton cout d’expédition peut être élevé, une fois les salaires des opérateurs ventilés.

En général, un ecommerce gère certains fournisseurs en dropship et d’autres non. C’est rare que ce soit binaires : si tu as plusieurs fournisseurs, certains seront ok pour du dropship, d’autres non, auquel cas tu as une logistique à gérer, au moins en partie.

De plus, même si tous tes fournisseurs sont en dropship, tu peux avoir à traiter les retours clients (un client qui renvoie un produit le renvoie à ton ecommerce, pas à ton fournisseur) ça reste de la logistique interne et potentiellement du stock à gérer.

Pour ouvrir un peu plus ton raisonnement, les avantages et inconvénients décrits sont ceux d’une marketplace au sens large.

Enfin, peux-tu développer ces points :


(SdE) #3

Salut Benjamin,

Merci pour ton message et tes ajustements.

La gestions des commandes est plus complexe:
Oui surtout quand il y a les problèmes : si un colis s’égare lors de son acheminement, on ne dispose pas des accès auprès du transporteur, car ce n’est pas nous le détenteur du compte.
S’il y a des retours clients ça peut aussi vite devenir compliqué.

D’après moi le dropshipping est mal adapté aux produits complexes car le vendeur ne dispose pas du produit il ne le touche pas, ne le voit pas. C’est important que le vendeur possède ses produits. (surtout s 'il en a beaucoup). C’est beaucoup moins vrai évidemment si on vend des chaussettes.


(Karim) #4

Bonjour,

Si le terme est assez récent, le dropshipping existe depuis quelques décennies.

HP en a toujours fait (au moins depuis 20 ans en tout cas):
Il y a encore quelques années les entreprises ne pouvaient acheter du matériel HP sans passer par un revendeur (multimarques ou non).
Le matériel était envoyé directement au client depuis une plateforme HP (il y en a qqls unes en Europe) sans passer par le revendeur.
IBM et Fujitsu font de même.
Donc le problème n’est pas la complexité du produit mais la maitrise du fournisseur.

Si pour de grandes entreprises, telles HP ou IBM, la chaine logistique (ou SCM) est parfaitement maitrisée, ce n’est pas forcement le cas pour de plus petits constructeurs/fournisseurs.

Là est le 1er risque du dropship: des fournisseurs ne maitrisant pas la SCM.

Le 2ème risque, en tant que revendeur, est la multiplication des fournisseurs à chaine logistique non/mal maitrisée… on cumule le risque n°1.
Là, la gestion pour le revendeur peut devenir complexe, chronophage et onéreuse (à moins de gérer d’immenses volumes).

D’où l’arrivée, il y a quelques années, des plateformes logistiques externalisées (PLE…je ne connais que le terme français, je ne sais pas si cela entre dans le cadre du dropshipping).

Le revendeur redirige automatiquement les commandes vers ces plateformes qui gèrent la chaine logistique.
Les PLE s’occupent de la commande auprès du fournisseur, stockent, envoient au client et pour certaines, font le traitement administratif (facturation par ex.).

Mais le recours au PLE a un coût (à répercuter sur le prix de vente ce qui n’est pas le top dans le lowcost): c’est intéressant lorsque le volume de commandes est assez important pour poser des problèmes de stockage et de gestion mais pas assez pour investir dans une chaine logistique (stockage et gestion).

Et, je pense, c’est là qu’on retrouve nombre de problèmes dans le e-commerce.
Aucune idée de ce qu’est la chaine logistique, des fournisseurs au rabais qui n’investissent pas dans la chaine logistique et pas les moyens de passer par une PLE.

Pour tout revendeur en B2C, la SCM est LE coeur de métier… mais très peu l’ont compris pensant que c’est le marketing/vente (qui sont des éléments de la SCM… en amont pour le commercial, en aval pour le marketing).

Ceux qui l’ont compris sont leader: showroomprivé, venteprivé, rueducommerce, amazon… pour ceux qui ont leur propre SCM (il n’y a qu’à voir un de leurs entrepôts pour le comprendre).

Les autres, comme priceminister (je cite au hasard car je ne connais pas vraiment ce modèle) doivent avoir majoritairement des fournisseurs qui maitrisent leur SCM (les plus gros et plus rentable… c’est pas le cas de tous leurs fournisseurs, les plus petits par ex.).
Mais dans ce 2nd cas, il doit y avoir un gros service de gestion, je pense, pour gérer la relation fournisseur/client ( au final c’est de la SCM sans gestion de stock).


(Benjamin Bnds) #5

Un peu hors sujet effectivement.

En général les PLE ne s’occupent pas de la relation avec le fournisseur et de l’administratif.
L’ecommerçant gère toujours lui-même ses fournisseurs et ses clients.
Les fournisseurs livrent à la PLE qui gère la chaine de logistiique et livre au client final.

Un des très nombreux avantages d’une PLE est que (souvent) l’ecommercant paye un prix p au colis expédié.
Si un mois, il y a 100 ventes, l’ecommerçant payera 100 x p. Si le mois d’après il y a 5 ventes, alors 5 x p sont à payer.
En passant par une PLE, on transforme les couts fixes d’une logistique interne en couts variables.

Il y a encore de nombreux avantages d’une PLE, à détailler si besoin, mais ce n’est pas l’objet du post.


(Karim) #6

Lu dans supply chain magazine (n° “pourquoi externaliser sa logistique”, sur le PLE):
“Au-delà, les besoins peuvent être très spécifiques et diversifiés : suivi à la source de produits importés, déclarations en douane, co-packing et co-manufacturing, asile colis, vente à emporter via des points relais ou sur entrepôt, livraison avec installation et montage, retours, service après vente…”

Certaines PLE proposent même d’intégrer le SI du revendeur au leur pour une relation directe fournisseur/PLE/client.

Il s’agit bien là d’une externalisation complète de sa chaine logistique.
On est donc en plein dans le sujet: c’est juste du dropshipping géré par un tiers.

PS: J’ai trouvé le lien du magazine en ligne pour ceux que ça intéresse (l’article date de 2008!).
http://www.supplychainmagazine.fr/TOUTE-INFO/Archives/SCM027/Enquete-27.pdf


(Benjamin Bnds) #7

Merci pour le partage.
J’avais compris que dropship = faire livrer le produit au client final directement par son fournisseur.
Rien de plus, rien de moins.


(William Roy) #11

J’ai modéré les 3 derniers messages. Restons concentrés sur le sujet. Merci à tous.


(Peguy) #12

Bonjour Aka74 et à tous,

J’apprécie tes explications notamment sur le dropshipping qui est un sujet sur lequel je m’intéresse dépuis quelques années.
Stp, je souhaiterais savoir alors comment se passe le dropshipping entre un pays européen et un pays en africain? Comment le revendeur pourrait faire pour limiter les réclamations des clients qui trouvent que le produit n’est pas de bonne qualité dans la mesure ou il n’existe pas de PLE dans le pays africain concerné?

Merci d’avance pour vos réponses.


(Karim) #13

Bonjour,

Je ne sais pas comment fonctionne l’intercontinental.
Les revendeurs (en France) par lesquels je passais travaillaient toujours avec les plateformes européennes de leurs fournisseurs.
Là il faut demander aux PLE pour savoir comment ça marche.

Pour limiter les réclamations, je dirais qu’il suffit de vendre des produits de bonne qualité et donc sélectionner ses fournisseurs.
Je connais le système en tant que client (achat de très gros volumes de matériel info), pas en tant que vendeur. Pour cette raison je renouvelle mon conseil, s’adresser aux PLE.

Maintenant, si ton fournisseur est unique et qu’il dispose de sa propre plateforme, il y a fort à parier que la qualité sera au rdv.


(Peguy) #14

Merci pour ta réponse. Stp ou trouver ces PLE???


(Karim) #15

Pour le client, une PLE est transparente et je n’ai fait du supply chain que pour des boites qui géraient leur propre chaine logistique.
Je ne connais donc aucun nom.

Par contre voici 10 conseils à suivre pour faire son choix:
http://supplychainmagazine.fr/TOUTE-INFO/Archives/SCM006/Tribune-6.pdf

… ce magazine est une mine d’or pour qui s’intéresse au sujet (je suis sure que dans un n° tu trouveras des références).


(Peguy) #16

ok Merci, je l’ai téléchargé pour le lire. Merci encore une fois de plus.


(Jean Baptiste Pichon) #17

Bonjour à tous - j’arrive un peu après la bataille mais il y a une grosse différence entre les PLE et une place de marché en dropshipping. Avec le PLE vous devez négocier avec l’ensemble des fournisseurs qui passent par ce PLE pour distribuer leurs produits.
Avec une place de marché en dropshipping ou autrement dit une “product sourcing platform” vous ne vous occupez d’aucune négociation et vous profitez du pouvoir bien connu de “l’union fait la force”.
Maintenant pour rester dans le thème qui est la gestion des risque grâce au dropshipping, la réponse est oui. le dropshipping limite vos investissements initiaux afin de vous permettre de vous concentrer presque à plein temps sur votre marketing et vos clients. Vous pouvez investir dans l’acquisition, dans la publicité, etc. Et vous pouvez arrêter votre activité du jour au lendemain votre activité sans avoir à liquider 25 000 euros de stock (au minimum). Le risque c’est la capacité de chacun à trouver un fournisseur en dropshipping qui soit fiable.
Heureux d’aller plus loin avec vous sur le sujet.
Bonne journée à tous.


(Jonathan) #20

Bonjour! En ce qui me concerne, je détiens une boutique en ligne de produits de petits appareils électroménagers et j’ai fait appel au service dropshipping de Bigbuy. Pour le moment, je n’ai jamais eu de problèmes concernant les délais de livraison ni la gestion des commandes, les colis sont toujours arrivés a l’heure convenue chez le client final. Donc à mon avis, le bon fonctionnement de la collaboration entre l’e-commerce et le distributeur repose le bon choix de l’entreprise. Déjà, il faut réaliser une étude pour voir si l’externalisation de ce service serait rentable pour nous, si comme vous dîtes il s’agit de produits complexes, il se peut que ce ne soit pas aussi rentable donc à éviter.


(Karim) #21

Ce qui est dit la est un mix de place de marché et dropshipping … Ce n’est pas la définition du dropshipping ou PLE en français (voir lien ci dessus de supply chain mag


(Geoffrey M) #22

Bonjour,

Et pour la TVA avec BigBuy, comment ça se passe car ça n’a pas l’air d’etre un site francais (TVA à 21% ) ?
Je découvre ce site et il est vraiment sympa !


(romain) #23

Le dropshipping est un moyen innovant de commencer a faire de la vente pour quiconque muni d’un ordinateur.

La tache principal en dropshipping est de faire du marketting, ce processus existe depuis des années mais semble encore se faire timide en Europe.
Et pourtant le dropshipping est avec le blogging le meilleur moyen de generer ses premiers revenus sur internet.
Certe les marges sont minimes mais il y’a plusieurs trucs à savoir : premierement il y’ toujours la possibilité de vendre à un client non pas uniquement un produit mais en bout de course plusieurs accessoires et d’augmenter les marges de profits.

Ensuite il faut savoir que le meilleur moyen aujourd’hui de faire du dropshipping est d’utiliser les outil de facebook pour faire de la pub. L’idée est d’arriver à cibler la bonne audience avec la bonne pub, par exemple si je depense 4 euros en publicité facebook pour obtenir une vente qui elle me rapport Net 5 euros,(9 eur-4eur de pubs) il ne me reste plus qu’a augmenter mon budget pub et à multiplier mes vente …
L’idée etant qu’une fois que je sais qu’elle pub utiliser et qu’elle audience cibler, je répète simplement le meme processus !
Vous trouverez de la documentation à propos du dropshipping ici > http://fairedudropshipping.com/


Proposé avec ❤️par Camille Roux