Solution pour être son propre employé et avoir tous les avantages

Bonjour,

Oui mais NON.

Le Madelin n’est pas possible en SAS. Déjà, partant de là…

Si vous êtes simple salarié cela veut dire que vous n’avez plus le pouvoir dans la société. Je vous renvoie à l’histoire du renard libre dans le poulailler libre.

Faites attention avec les CCA en SAS. D’abord laisser gonfler des CCA finit par poser des soucis tôt ou tard. Ensuite si vous voulez capitaliser un jour du CCA c’est notaire obligatoire. Enfin c’est bien joli mais vous connaissez le taux de rendement des prêts à court terme en ce moment ?!

En fait, tout ça m’incite à m’interroge sur le choix de structuration qui a été fait au départ. Pourquoi avoir fait une SAS ?! Plus je vous lis et plus j’ai l’impression que vous auriez du faire une SARL…

1 J'aime

Merci Beaucoup Vincent déjà pour votre réponse .

Déjà je ne sais pas ce qu’est un CCA .

Et oui peux être que le soucis vient du fait que j’ai monté une SASU au lieu d’une EURL peut être …

Mon but à moi est assez simple c’est qu’il y ai un maximum de revenus pour moi et très peu pour ma société tout en payant au minimum d’impot ou de charge … ( c’est assez classique comme demande ) . J’ai découvert PEE PERCO et je me dis que cela peut être un bon moyen pour justement sortir des sous de la société pour les mettre ( même avec des contraintes sur mon compte ) …

Actuellement sur ma sasu j’ai l’équivalent d’un salaire SMIC je prend des dividendes ( avec l’ancien système ) et j’ai aussi une Auto-entreprise qui facture ma sasu ( on m’a dit que comme j’ai un salaire et que mon AE n’a pas le même numéro NAF et que mon AE facture aussi d’autre société cela ne posait pas de soucis ) .

CCA = compte courant d’associé.

Le coup de l’EI au micro qui facture à la société je déconseille au plus haut point.

1 J'aime

Merci Vincent j’ai chercher et a priori le CCA sert à prêter de l’argent à sa société qu’elle peux rembourser avec des intérets … j’ai du mal à y voir une possible façon d’avoir une rémunération pour le dirigeant car il doit y avoir des plafonds genre je prête 2000 à ma société je ne peux pas exiger 50% d’intérêt lol du coup j’ai du mal à comprendre l’intérêt dans mon cas …

Ce que disait simplement Jean Sébastien Leleu c’est que les CCA peuvent être rémunérés - maximum 1,34% au 1er trimestre 2019.

C’est exo de charges.

Sur le long terme quand on finit par avoir des CCA à plus de 100 000 € cela finit par chiffrer.

Bonjour à tous,

Le besoin de @DocWhoo est d’être entrepreneur tout en étant salarié, avec tout ses avantages.

Et c’est possible, par contre @DocWhoo pas en SASU.

Le statut d’entrepreneur-salarié existe. Il permet a un entrepreneur/indépendant d’être salarié sans avoir de lien de subordination.

Ce statut offre “presque” tous les avantages du salaria : fiche de salaire (pour les prêts immo, retraire, régime général, chômage etc.). Mais désolé mais pas d’heures supplémentaires défiscalisés ni de prime exceptionnel. Par contre il est possible d’avoir accès à l’épargne entreprise. Par contre il faudra probablement oublier les dividendes.

Et je ne parle pas des boites de portage qui sont des béquilles salariales pour les free-lances qui n’ont pas de stratégie entrepreneurial.

Je parle bien d’être salarié dans une boite que l’on possède, avec d’autre certe, mais on possède des part de cette boite.

Pour cela il faut rejoindre une CAE.

Une Coopérative d’Activité et d’Emplois (CAE) c’est quoi ?

Pour faire simple c’est une coopérative qui regroupe des entrepreneurs. Je connais bien, car je j’ai moi-même choisi ce statut et coopérative (Oxalis).

En fait une CAE ne propose pas que du support administratif, c’est un peu plus complet que cela. Outre le support administratif (comptabilité, gestion du compte bancaire, gestion des fiches de payes inscription au RC, obtentions d’un numéro de formateur, agrémentent CIR/CII etc.), une CAE propose surtout un statut qui n’existe pas ailleurs : celui d’entrepreneur-salarié. On as tous les avantages d’un salarié (cotisation retraite, chômage, CE, fond de formation etc.) tout en aillant aucun lien de subordination. Bien sûr ça à un coût, être salarié cela veut dire payer les cotisations salariales et patronales sur son résultat mais c’est souvent équivalent au RSI, en fait c’est même souvent moins chère et surtout très prédictible, alors qu’en fait en CAE on est au régime général ;-).

D’autre part on gère son CA comme l’on veut, on décide de son salaire (donc on peut ne pas transformer tout son résultat en salaire pour avoir un cousin de sécurité ou investir), de ses investissements, de ses dépenses de frais, on peut faire appel à de la prestation, on peut avoir des stagiaires, des apprentis (c’est mon cas j’en ai un depuis juillet 2018), des salariés, on peut même créer des marques, ou groupes, à plusieurs. Évidement on gère la TVA, donc on la récupère :wink: et on peut faire des investissements, ce qui est intéressant comptablement.

Pendant la phase de démarrage on signe avec les CAE un Contrat d’Aide au Projet d’Entreprise (CAPE). Pendant ce CAPE on peut facturer et se rembourser ses frais mais pas se verser de salaire. Pendant ce CAPE on garde son statuts actuel (chômeur, RSA, employé temps partiel). Par exemple j’ai pu pendant 2 ans monter mon activité tout en touchant les assedics, ce qui est très confortable pour se concentrer sur son activité sans être pris à la gorge. On Peu vraiment se consacrer sur sa stratégie d’entreprise.

L’autre point important est philosophique, s’agissant de coopérative les entrepreneurs possèdent la société car ce sont les des associés de celle-ci. C’est notre CAE, on décide ensemble de ses orientations stratégiques. On partage donc le succès à plusieurs. Et comme on est plusieurs on peu négocier des tarifs, notamment pour la RC-PRO ou la mutuelle par exemple.

En plus en CAE il y a souvent beaucoup de corps de métiers, on peu donc facilement trouver des gens avec qui collaborer plus facilement.

C’est une autre manière d’envisager son rapport au travail et cela sort du capitalisme actuel. Politiquement c’est aussi un marqueur très fort.

Bon vous l’aurez compris je suis fan de ce concept et je ne m’en séparerai pour rien au monde. Je suis tout disposé a en parler plus longuement pour ceux qui le désir.

https://oxalis.coop/
https://www.economie.gouv.fr/ess/cooperative-dactivites-et-demplois-cest-quoi

1 J'aime

@VincentB Vous vouliez écrire “régime général de la sécurité sociale”, il me semble ?

Bonjour @DocWhoo, si je peux me permettre, arrêtez de fréquenter Mr ou Mme “on”.
SVP adressez vous à un professionnel.
Il me semble à la lecture des réponses que vous êtes dans une situation (2 SASU + AE) nécessitant un traitement énergique pour vous éviter des ennuis futurs avec les services de l’Etat …
Clarifiez votre posture : voulez vous être chef d’entreprise ou salarié, c’est l’un ou l’autre pas les deux. Etre salarié c’est renoncer à la décision unique et finale du dirigeant de SASU, la proposition de @cchaudier est intéressante puisqu’elle permet de participer à la décision de l’entreprise sous cette forme coopérative tout en bénéficiant du statut salarié. Mais si le choix des autres ne va pas du tout dans votre sens, vous êtes salarié et vous devrez donc vous conformer à ce choix de la majorité ou bien partir.

Est ce que vous voulez bien nous informer des domaines d’activité de vos 3 sociétés ? Quels services proposez vous, depuis combien de temps ? Qu’est ce qui vous limite actuellement au niveau des revenus générés : le taux horaire ou journalier, le nombre d’heures/jours facturés, la demande, la concurrence ?

Bonjour @lc3t35, je n’ai peut-être pas été claire dans ma réponse. Mais si on peu être “chef d’entreprise ou salarié” puisque c’est mon cas.

En fait il y a deux niveaux de décision dans une CAE :

  1. l’entreprise globale
  2. l’activité de l’entrepreneur

L’activité de l’entrepreneur peut-être vu comme son entreprise.
Par exemple dans mon cas :

  1. Oxalis est l’entreprise (la CAE), je partage les décisions stratégique avec les autres associés.
  2. Lydra est mon activité et je suis libre de toutes les décisions, mais bien sur je ne peu pas porter préjudice à Oxalis par mes décisions, c’est la seule limite, et c’est tant mieux pour tout le monde :wink:

Merci @cchaudier pour ces précisions.
Je note toutefois sur le site de la BPI :

La coopérative d’activité et d’emploi est responsable des engagements pris vis-à-vis des tiers dans le cadre de l’activité économique développée par l’entrepreneur salarié associé

ce qui veut dire qu’il n’est pas complètement libre comme dans une entreprise complètement séparée.
Cette forme me semble effectivement plutôt intéressant pour satisfaire les besoins de “salarié” de @DocWhoo.

Tout dépend des coopératives et de la confiance qu’elles ont envers leurs entrepreneurs.

Une autre manière de le dire c’est que la coopérative assume les engagements prit par les entrepreneurs.
Après nous sommes tous suivis et conseillés. C’est quand même plus confortable qu’être seul devant l’ampleur des choix :smiley:

Oups. Oui.

Tu ne paies déjà pas l’is et tu veux encore gagner plus?

En relation avec la problématique discutée ici, quelqu’un peut-il rappeler ce qui se passe si le Président de la SASU n’est pas l’actionnaire unique, ou si le Président de la SAS est minoritaire ? Configurations qui peuvent être encore compliquées s’il y a des actions de préférence…

C’est à dire ? Du point de vue sécurité sociale ?

Je pensais à la notion de subordination qui serait alors dans ces cas me semble-t-il applicable, ouvrant la voie à un contrat de travail ? Question d’un néophyte !

En SAS je me cale sur SARL/SNC : il faut être minoritaire.

Un président minoritaire de SAS (ou carrément non-associé) peut donc être pleinement salarié ? Merci @VincentB

En théorie : oui ; il y a des conditions strictes à remplir mais oui.

Merci beaucoup … de vos réponses … je ne cherche pas uniquement les réponses qui vont dans mon sens loin de la je cherche juste des réponses et des pistes de recherche …

Je précises que mes SASU sont des TPME des petites structures dont moi je fais tout ( achat revente + prestation de service ) Je ne paie pas d’is car les 2 sociétés sont en zone franche . Je cherche à être salarié pour avoir pleinement les aides liés à un contrat et je peux donc choisir moi le montant du salaire pour qu’il soit le plus optimisé ( le compromis entre le plus élevé possible tout en ayant le plus d’aide possible en gros ) . Déjà un contrat de travail permet la réduction fillon + les heures supplémentaire defiscalisé + etc …

Dans mon cas la solution qui me semble à moi non expert comme vous et qui contient des risques est de changer le dirigeant d’une de mes SASU et lui donner 100% des parts tout en ayant procuration sur tout . Cela semble risqué mais je ne fais rien d’illégale juste achat revente et prestation de service … et surtout le dirigeant que je mets est mon meilleur amis et associé virtuel ( car je le sous traite ) et cela me permettra aussi de pouvoir le rémunéré avec des dividendes ou des notes de frais vu qu’il est le dirigeant …

Est-ce illégale ou il y a un conflit légale … de faire cela ?

Proposé avec ❤ ️par Camille Roux