Trop tard pour se lancer comme entrepreneur ?

source

Cette image montre qu’il n’est certainement jamais trop tard pour entreprendre.
On avait débattu ici du meilleur âge pour entreprendre, il y a quelques semaines.

Alors, selon vous, est-il parfois trop tard pour entreprendre ?

1 J'aime

Si on réussit à suivre l’innovation et si on arrive à s’entourer (ou à recevoir les conseils) des bonnes personnes, il n’est surement jamais trop tard.

2 J'aimes

Je vais aller un peu à contresens, étude INSEE à l’appuie.

Ce n’est pas dans le but de faire le rabat joie, mais la lecture de la conclusion de cette étude permet tout de même de réfléchir sur les points abordés pour mettre toutes les chances de son coté.
Mais surtout, ça va à l’encontre du bruit de fond qui agite l’entreprenariat sur le net.

S’il n’y a pas d’age pour entreprendre, il existe des facteurs discriminants quant à la pérennité de son entreprise (survie à + de 5 ans).
Créer c’est bien, survivre et pérenniser c’est mieux. :slight_smile:

L’age en fait parti: les créateurs entre 30 et 40 ans réussissent 1,5 fois plus que les créateurs de moins de 30.
Le facteur déterminant pour pérenniser une entreprise est l’expérience acquise dans son domaine d’activité.

Synthèse de l’étude: http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1064/ip1064.pdf
L’étude date un peu, mais reste intéressante.

Les facteurs déterminants pour passer le cap des 5 ans:

  • Un actif plutôt qu’un chômeur
  • L’expérience prime sur le diplôme
  • Les chances de survie augmentent avec le capital initial
  • Aide, soutien, conseils au créateur : un environnement propice
  • Le choix de l’activité et de la forme juridique
  • Trésorerie saine et investissement régulier

(ce qui ne veux pas dire qu’un jeune chômeur de moins de 30 ans sans apport et sans expérience ne peut pas réussir: statistiquement, il a juste moins de chance d’y arriver… sur ce, je retourne bosser pour pérénniser mon activité)

1 J'aime

Si on cite Mark Zuckerberg qui a démarré a 19 dans la précédente image, j’ai envie de mettre cette image avec d’autres noms :

J’ai peur en citant les avantages/inconvénients de chaque classe d’âge que ca paraisse un peu cliché (vitesse Vs précipitation etc…).
De mon expérience perso, l’âge est un handicap sur la prise de risque. Nous avons plus de choses à protéger (prêt en cours), enfants/femme qui ne permet pas de bosser jusqu’à 2h du mat avec une pizza).
Par contre, l’expérience nous permet de savoir comment être le plus efficace possible en un minimum de temps.
Je rejoins ce que disait Jason Reid dans Rework :

« If your start-up can only succeed by being a sweatshop, your idea is simply not good enough »

Ce serait un long sujet, faudrait que j’en fasse un human talks :slight_smile:

Signé Hugo, fondateur de Hopwork 36 ans (accompagné de Vincent fondateur 41 ans, et JB 32 ans) :wink:

2 J'aimes

Bonjour Hugo,

On peut voir les choses autrement…

  • Passé 40 ans ou pas loin, les prêts (je suppose que tu parles immo) sont soit clos soit proche de l’être… à moins d’avoir fait la folie de prendre un prêt sur 30 ans.
  • En général les enfants ont plus de 5/6 ans, l’âge ou ça devient quand même beaucoup plus cool.

A mon sens, c’est beaucoup moins risqué et moins difficile à 40 qu’à 30 ans.
Ce qui fait, que ma femme et moi avons pu chacun lancer nos boites.

A 30 ans le crédit immo est commencé depuis peu: donc difficile voir impossible de négocier une interruption de prêt (même si les intérêts cours toujours…car on ne suspend que le remboursement de capital) pour une année ou deux.
Lorsqu’il reste 5 à 7 ans c’est plus facile de négocier ça avec son banquier et en plus la part intérêt ne représente plus qu’1/3 voir 1/4 du remboursement contre plus de la moitié au début.

Et à 30 ans, soit on a pas encore d’enfant (et les 4 premières années sont pas les plus faciles… surtout si il y en a plus d’un) soit il sont en bas âge.

En gros, la période la plus délicate serait la trentaine pour les raisons citées.

Mais j’ajouterai que c’est aussi la période (la trentaine) ou on a l’occasion de se faire la plus grosse expérience en entreprise.
C’est la période qui permet d’évoluer vers les postes de direction (acquisition et gestion de budget/management/stratégie/relation client si centre de service/méthodologies/etc.) et de le vivre quelques années… surtout si l’on choisi les bonnes entreprises qui ont au moins une voir deux décennies d’avance sur les méthodes qui font fureurs aujourd’hui (en gros presque tous les livres conseillés dans la partie « livre pour entrepreneurs »).
Expérience à apporter à l’entreprise que l’on créera.

1 J'aime

C’est un problème que je ne comprend pas, quand t’es locataire, tu dois bien payer ton loyer, ça ne reviens pas au même ??

Je prend mon cas, j’ai justement repris un boulot pour pouvoir acheter un appart et être tranquille de ce coté. J’ai fait mes comptes, au max ça me coûte 400€/mois de plus (je passe de 780€ à 1180€ avec les impôts et charges). En sachant que l’appart est plus grand et je pourrais prendre un colloc. Pour info, j’habite à Maisons-Alfort, c’est juste à coté de Paris, donc pour 780€ t’a un F2 moyen.

Vu qu’on est en France, louer un appart sans le Saint Graal (un CDI), c’est un enfer. Faire un prêt sans CDI, c’est un enfer (pour un entrepreneur c’est sortir le bilan financier des 3 dernières années). J’ai justement suivi le retour de Guilhem Bertholet à Lyon, il avait l’air de vraiment en chier pour trouver un appart, pourtant en Googlisant sont nom, tu vois vite sérieux du mec.

Donc, j’ai vraiment l’impression que cette idée est valable au US/UK (où on peut louer un appart facilement) mais forcément en France, vous en pensez quoi ?

Bonjour @sgendrot,

Je pense au « primo » entrepreneur qui, s’il lit ce que tu as écris, il n’a plus qu’à aller se « foutre en l’air » !
Entre le chôme et/ou entrepreneur, il ne peut pas concrétiser ses projets d’acquisition, c’est le big down.
Pas sur, en même temps que devenir proprio, soit la meilleure solution, cela dépend des points de vue (avantages / inconvénients respectifs).
Après, entre nous, soit dit, si la boite fonctionne bien et qu’il y a du chiffre, il y a toujours des « astuces » à mettre en oeuvre …
Un bon expert comptable et partenaire financier apporte de bonnes pistes.

P.S. c’est vrai qu’au US/UK, il y a plus d’ouverture et de facilité.

1 J'aime

Cela dépends de l’entrepreneur je connais un site web ou deux gars vendent des cours vidéos pour iOS et Android(je ne vais pas leur faire de la publicité ici puisque c’est interdit). Ils ont fait 1 millions de dollars en 1 an. Et ils bougent physiquement la ou sont leur étudiants ils ont acheté un appartement à Paris. Tout dépends de la quantité de valeur que tu capte dans ton business. Il y a des trucs ou il faut faire 50 millions de chiffres d’affaires pour obtenir 1 millions de bénéfices avec les cours en ligne c’est une autre histoire.
Après je reconnais que c’est pas vraiment de l’entreprenariat puisqu’il faut produire tout dépends de soit on travail sur son business et dans son business mais au moins sa paye.

Moi je préfère dans l’idéal commencé sur quelque chose de très dur physiquement et mentalement mais qui paye et par la suite acheter je ne sais pas des appartements en location saisonnière. Et ainsi construire grâce à l’apport un revenu passif. Placer aussi des sous en actions pour juste prendre les dividendes. Et voilà. Alterner business « spéculatif » et revenu « passif ». Maintenant après ce n’est pas facile. Mais dans l’idéal se serait bien. Tout cela ce n’est pas pour devenir riche mais pour se placer en état de sécurité financière . Ce qui est vraiment bien si l’on souhaite développer sa créativité et aller plus loin. Personnellement je ne crois pas trop à l’entrepreneur qui brûle ses bateaux foncent seul face à tout. Je préfère si possible un autre type de motivation que la faim pur et simple(même si elle fait des miracles parfois)

Quelle étrange idée de penser qu’il est trop tard. Il n’a jamais été aussi facile de se lancer qu’actuellement. On vit dans une période de changement drastique, et c’est l’occasion ultime de foncer. Il faut laisser l’angoisse de côté et foncer vers ses objectifs !

Bonjour, tant qu’il existera des problèmes difficile et urgents à résoudre, il y aura toujours de la place pour entreprendre. Le tout est de trouver la bonne niche, d’avoir un peu de flaire, de chance et de beaucoup de courage.

1 J'aime

J’aime cette approche. :slightly_smiling_face:

J’imagine qu’il n’y a pas d’âge du moment qu’il y a une bonne idée :slight_smile:

Proposé avec ❤ ️par Camille Roux