Quel statut pour activité libérale destinée aux adultes ?

auto-entrepreneur
statut-juridique
e-commerce
sasu

(AlizeaG) #1

Bonjour à tous,

Je viens vous exposer mon projet et vous remercie par avance de l’aide que vous pourriez m’apporter. Ma situation est un peu particulière et mon projet est destiné aux adultes, touchant le domaine de l’érotisme et du fétichisme.
J’ai tenté d’obtenir des informations du côté de Pole Emploi, hélas infructueuses.

Ma situation :
Je suis actuellement sans emploi, célibataire, sans allocations chômage.

Mon projet :
Je voudrai débuter une activité d’hôtesse webcam et lancer mon propre e-commerce proposant shows, vidéos, et aussi accessoires portés destinés aux fétichistes.
J’envisage un chiffre d’affaire d’environ 25 à 30k par an les premières années.
J’espère développer sur le marché anglophone afin de développer ma clientèle.
Je voudrai pouvoir déduire tous les frais engendrés par cette activité : conception du site, gestion du site, expédition des commandes physiques, matériel informatique , matériel photo vidéo et audio, internet, accessoires et tenues, etc…
Je voudrai être seule, je n’envisage pas de prendre d’associés pour l’instant. Si je rencontre le succès escompté, peut-être par la suite je pourrais embaucher ponctuellement une personne pour apparaitre dans des vidéos ou shows.

Cela fait des jours que je fais des recherches sur le net afin de trouver la meilleure option mais tout cela me semble bien complexe.

D’après vos expériences, quel serait le meilleur statut à envisager ?
J’ai peur que l’auto-entrepreneur soit trop bridé vu la marge des 32k à ne pas dépasser.
Pour l’instant la SASU me semble intéressante. Qu’en pensez-vous ?
Y a t’il des comparatifs permettant de calculer exactement les charges à prévoir en fonction des différents statuts ?

Merci d’avoir pris le temps de me lire.


(Jean Sébastien Leleu) #2

Bonjour,

voici un comparatif assez complet qui réponds bien à ta problématique : https://www.legalstart.fr/fiches-pratiques/comparaison-statuts/eurl-ou-auto-entrepreneur/

A bientôt,


(Sylvain Max Romiguier) #3

Bonjour,

J’avais choisi initialement un statut SASU car le mot “RSI” me faisait peur :sweat:

Puis en examinant plus avant les statuts SASU et SARL (ou EURL en cas de gérant unique) à l’aide de mon expert-comptable (très utile de prendre un expert-comptable AVANT de créer sa société afin de connaître les différents régimes !) voici ce qui en est ressorti :

  1. en me salariant sur la SASU les charges se montaient à 87% soit pour 1 de salaire net perçu je payais 1,87. En revanche sans chiffre d’affaires ni salaire je ne payais aucune charge autre que la CFE (cotisation foncière des entreprises payable dans tous les cas);
  2. en me salariant sur une SARL pour 1 de salaire net perçu je paye 1,46. Si tu n’es pas salarié sur ta SARL tu as quand même un forfait minimal de 1000,- euros par an de RSI en prenant soin de déclarer auprès du RSI que tu ne perçois pas de salaire (sinon ils calculent à partir d’une estimation sur 10 000,- euros de CA une charge de 4600,- euros à payer annuellement).

Bon courage et bienvenue dans le monde de l’entrepreneuriat :slight_smile:


(Prium Portage) #5

Je suis pas certain que le Portage salarial soit adapté à cette situation puisqu’il s’agit d’un site e-commerce. Il y aura donc certainement la gestion d’un stock ce qui n’est pas possible en portage.


(Captain Contrat) #6

Bonjour Alizea,

La SASU est un statut juridique qui présente une grande souplesse : la responsabilité des associés est limitée, il n’y a pas de capital social minimum exigé pour la constitution de la société et les statuts peuvent être rédigés librement. Néanmoins, la vrai question que vous devez vous poser ici, est la suivante : souhaitez-vous vous rémunérer ? En fonction de votre réponse, il sera peut-être intéressant de vous faire accompagner dans votre choix par un professionnel à même de vous proposer la solution la plus adaptée pour votre activité et vos besoins.

Arthur,


(AlizeaG) #7

Bonjour à tous,
Un grand merci pour vos réponses et votre aide !
Sur vos conseils, je vais donc me tourner vers un expert comptable afin de faire examiner mon projet en détail.
@Captain_Contrat : Merci pour vos guides très intéressants qui m’ont aussi bien aidée. Je me tournerai sûrement vers vous prochainement.
Concernant la rémunération, j’aimerai éviter au maximum les charges sociales, l’idéal en SASU serait de me verser des dividendes en fin d’année en guise de rémunération… si j’ai bien compris !


(matthieu_garde) #8

Tu peux te verser le minimum en salaire et le reste en dividendes.
Attention : petit salaire = petite cotisation retraite


(Adrian Tombu) #9

Et aussi : pas de salaire = pas de cotisations sociales = pas de retraite ni de couverture maladie :slight_smile:


(Captain Contrat) #11

En effet comme le dit @matthieu_garde et @adriantombu, l’avantage d’une rémunération par dividendes est de ne pas être soumis au cotisations sociales, néanmoins, cela signifie également que vous ne serez pas protégée au niveau de la couverture maladie et que vous ne cotissez pas pour votre retraite.

S’agissant de l’optimisation de votre rémunération, je vous invite à lire cet article qui vous explique les différentes possibilités avec des exemples concrets :slight_smile:

Arthur,


(Sylvain Max Romiguier) #12

(Message modifié : les 15,5% sont des taxes CSG/CRDS, l’imposition personnelle sur les revenus est en sus et vient s’ajouter après l’IS et les taxes)

Il y a des “charges” sur le versement sous forme de dividendes :
Imposition sur le bénéfice : 15% d’imposition jusqu’à 38 120,- euros de résultat puis 28% jusqu’à 750 000,- euros de résultat;
Taxes CSG/CRDS sur les dividendes perçus : 15,5% du montant perçu;
Imposition personnelle sur les revenus.

Soit sur 100 000,- euros de bénéfices = 100 000 - ((380000,15)+(620000,28)) = 76 922,- euros à percevoir en dividendes, puis tu paies la CSG/CRDS de 15,5% = 76922 - (76922*0,155) = env. 65 000,- euros réellement perçus soit au total 35% de “charges” (ici de l’imposition et taxes).

De plus ces dividendes devront figurer sur ta déclaration de revenus et seront donc taxés encore une fois sur ton imposition personnelle (Prenons un taux assez bas de 15% = 65 000 x 0,15 = 9 750,- euros) soit au final un montant perçu de 55 250,- euros (au final on obtient un taux de charges de 44,75%).

Et tout cela sans couverture retraite ni maladie comme l’ont précisé les autres intervenants.


(matthieu_garde) #13

Il faut tout de même préciser que lors de la déclaration de revenu pour l’IR, étant donné que la CSG à déjà été payée au versement par la société, il n’est pas nécessaire de les payer à nouveau. On les déclarera donc dans la case des revenus capitaux mobiliers avec CSG déductible.


(Nikita) #14

Bonjour Alizea je suis aussi animatrice Webcam et je me pose également les mêmes questions que vous concernant le statut à prendre afin de pouvoir exercer en toute légalité!!! Faut il se déclarer en profession libérale ou comme actrice?Avez vous trouvez des réponses à vos questions,merci d’avance pour votre réponse,cela me serait d’une grande aide!!!


(Vincent BILLETTE) #15

Bonjour,

La question est devenue un peu compliquée à traiter avec l’entrée en vigueur de la loi (imbécile) pénalisant les clients en matière de prostitution.

Il faut distinguer deux aspects dans votre question : le statut et l’activité.

1 - Pour le statut, la situation a beaucoup changé avec le relèvement du seuil du micro. Il n’est plus de 33 200 mais de 70 000 (je pars du principe que votre activité serait considérée comme libérale, taxée en BNC ; je n’ai pas été vérifier… de mémoire c’est la position du STRASS) ; si vous avez peu de charges - et une activité “camshow” ne génère pas forcément beaucoup de charges… - c’est un statut intéressant et je ne vous conseille donc pas de passer en société. A priori, restez en EI avec régime micro.

Attention tout de même vous devriez être à la TVA si vous dépassez 33 200 de CA - donc même au micro vous devrez tenir une compta… Je vous rassure, une compta BNC à la TVA c’est pas ce qu’il y a de pire à faire - je puis en témoigner. :grin:

Une société ne s’impose pas à mon avis, et vu l’activité vous auriez un petit risque de refus d’immatriculation.

Note : le portage salarial - je l’évoque car il a beaucoup d’adeptes ici… - est difficile à envisager à mon avis en raison de votre activité.

2 - Ladite activité, justement, est un peu délicate à traiter. Il n’y pas de définition légale de la prostitution. La loi relative à la pénalisation du client de personne prostituée sanctionne toute relation de nature sexuelle - là encore sans la définir ! A mon sens, le camshow peut être considéré comme une “relation de nature sexuelle” - tout dépend de ce que l’hôtesse va faire ou montrer, je n’entre pas dans le détail, vous savez ça mieux que moi.

Reste à savoir si une hôtesse en camshow doit être considérée comme une prostituée…

Faute de définition légale de la prostitution… je n’ai aucune certitude. Il n’y a aucun risque pour vous, se prostituer est légal et c’est même un droit. C’est plus ennuyeux pour vos clients ; car si une camgirl est considérée comme une prostituée, alors assister à un camshow est une infraction pénale… et s’il y a un risque de ce côté là ça va être difficile de tenir une compta régulière…

Au vu des travaux parlementaires, j’aurais tendance à dire qu’il n’y a pas de problème mais sans certitude absolue, désolé.

Je fais du droit des sociétés, je pratique le droit des nouvelles technos et je m’intéresse énormément à la législation en matière d’activités pour adultes et de prostitution mais c’est rare que je puisse faire les 3 en même temps. :grin:


(oyonyx) #16

Bonjour @Alizea

Finalement, qu’avez-vous choisi comme statut ?


Proposé avec ❤️par Camille Roux