Si vous aviez 3 livres à conseiller aux entrepreneurs

livre

(Benjamin Bnds) #1

Je suis également tombé sur cette page qui parle des 5 livres indispensables.
Ceci dit ça fait beaucoup de sources.

Si vous avez 3 livres, rien que 3, pour un débutant comme un expérimenté, lesquels conseillerez-vous ?


Livres pour entrepreneurs
(Camille Roux) #2

Je dirais :


(Marj) #3
  1. La semaine de 4h
  2. Personal MBA
  3. Rework

Voir aussi ce sujet pour d’autres suggestions…


(Benjamin Bnds) #4

Oui justement j’avais posté dans ce sujet en demandant rien que 3 livres, pas plus, et @camilleroux en a fait un sujet séparé il me semble :wink:


(Philippe Larcher) #5
  1. The Essential Drucker
  2. Rework
  3. Getting Started in Consulting pour les consultants et pourquoi pas le Personal MBA ou Business Model Generation pour les autres…

(Willy Braun) #6

How Google Works - Eric Schmidt
The Hard Things About Hard Things - Ben Horrowitz
Made To Stick - Heath


(Karim) #7

Bonjour,

Tout va dépendre de tes objectifs, dans quel domaine tu te lances, etc.
Il n’y a donc aucun livre à lire absolument.

Par ex.

  • Si tu recherches des infos sur les statuts, les aides et financements, les impôts, etc.: “créer ou reprendre une entreprise” par l’APEC… si c’est pas le cas, pas la peine de le lire.
  • Si tu recherches des infos sur comment faire une présentation à des BA: “l’art de se lancer” par Guy Kawasaki… si c’est pas le cas, pas la peine de le lire.
  • Si tu dois faire des présentations (commerciales, techniques, etc.): “Presentation Zen” par Garr Renolds… si c’est pas le cas, pas la peine de le lire.
  • etc. etc.

J’ai lu pas mal des livres cités précédemment (on peut ajouter Lean Startup, Business Model Canvas, etc)… et franchement à la fin du bouquin tu te dis:

Oui c’est bien, et alors… je fais quoi maintenant?

Si tu n’as pas un objectif bien précis avant de te lancer dans une lecture, c’est la question que tu te poseras.

C’est assez tranché comme position et je le reconnais.
Il n’y a pas de volonté à polémiquer ou critiquer les livres cités (dont beaucoup sont très bien), c’est juste mon avis pour ne pas se perdre à lire et à lire des bouquins qui ne te seront pas forcement utilise à l’instant t.


(xmaximin) #8

- Compound effet de Darren :
Pour la méthode de travail et la philosophie qu’il y a derrière pour moi cela se rapproche du sport donc j’aime bien , en gros l’idée c’est que la persistance permet d’arriver plus loin et il enfonce ce même clou pendant 250 pages mais à la fin cela devient tellement évident que l’on a compris ce que l’on va faire et comment on va le faire. C’est à la croisé entre le développement personnel 95% et finalement le “business” puisque finalement l’un impact l’autre et vice versa.
- Personal MBA de Kauffman :
Pour avoir les bases de ce qu’est une entreprise . Pour pouvoir parler le même langage que les gens que l’on va croiser.
- Les secrets d’innovation de Steve Jobs de Carmine Gallo :
Pour avoir un cas d’école d’un succès d’entreprise et savoir ce qu’est l’innovation et comment orienter son attitude pour être capable d’associer des idées et d’en avoir un peu plus soit même. Alors ce n’est pas un livre révolutionnaire mais il permet de poser des mots sur une manière de faire qui pour moi je trouve plus compatible avec l


(Stéphanie Calvin) #9

Je trouve que vous avez une conception quelque peu réduite de l’entrepreneuriat, quand même, et je me demande bien ce qu’une coiffeuse qui voudrait ouvrir son salon de coiffure ferait de vos bouquins ^^. Et j’attends le premier qui osera me dire qu’elle n’est pas un entrepreneur !

L’entrepreneur, ce n’est pas qu’une bande de geek qui veulent devenir Steeve Jobs en créant une start-up (d’ailleurs, économiquement, on ne crée pas une start-up, on en devient une !). L’entrepreneur, c’est aussi votre boulanger, votre garagiste, le gérant de votre supermarché, ou l’industriel qui a fabriqué votre tourne-vis !

Quant à aller chercher un livre écrit par un américain, “Pour avoir les bases de ce qu’est une entreprise”, pardon, mais là, je suis juste en train de m’étouffer de rire (sauf à me rendre compte que je naviguerais sur un forum anglo-saxon où tout le monde parlerait français, ce dont je doute fortement).

Alors, personnellement, je ne conseille aucun livre en particulier. Je conseille d’avoir un métier que l’on maîtrise, un produit à vendre, une cible à qui le vendre et quelques notions de gestion ! Après, il faut mettre les mains dans le camboui, et bosser en sachant s’entourer de gens compétents en cas de besoin :wink:


(xmaximin) #10

Une startup c’est : “une entreprise à la recherche d’un business modèle”

Cela qui exclut d’office la coiffeuse, le boulanger ou le garagiste. Car tout cela existe depuis longtemps et il n’est pas nécessaire d’aller à HEC ou d’être dans la Silicon Valley pour faire un salon de coiffure. Par contre pour faire Airbnb il faut du bon sens et une certaines compréhension de ce que l’on fait.

On ne devient pas une startup, on en créer une.

On devient une entreprise une fois un business modèle arrêté.
Par exemple, Apple n’est plus une startup.
Une fois le product market/fit(l’adéquation entre le produit et le marché) trouvé.

C’est à ce moment que l’on sait que l’on peut mettre X argent et revenir avec Y argent de retour sur investissement c’est que l’on a quelque chose et surtout que le prochain client coûte moins cher que le client précédent. On est en présence d’un business scalable (ou l’économie d’échelle est mathématique.)

Un entrepreneur de la “nouvelle économie” (plus si nouvelle que cela maintenant) son objectif est de disrupter justement ces anciens modèles (coiffeuse , hôtellerie (AirBnb), ) en gros d’exploser l’existant (ou de créer de la vraie nouveauté) pour créer plus de valeur pour le client .
Et pour réussir cela il faut être plus qu’un geek. Il faut avoir une vision et de l’imagination pour résoudre les problèmes qui viendrons sur le chemin de l’exécution de cette vision. ( et la déjà on est loin de la coiffeuse )

A la télévision dans les films ils font tout pour caricaturer la Silicon Valley en une sorte de réservoir de geek barbus. Dans le film sur Mark Zuckerberg ils disent qu’il a fait des études d’informatique alors qu’il a fait de la psychologie. Steve Jobs n’était pas vraiment un geek c’était une sorte de hippie passionné par les technologies c’est clair mais surtout c’était un visionnaire. (en 1980 malheureusement je ne trouve pas le lien le gars avait déjà prédit plein de chose qui sont arrivé avec l’informatique et vu la tête de l’informatique a l’époque il fallait avoir de l’imagination , une imagination que très peu avait a l’époque)


(Stéphanie Calvin) #11

Alors, tout d’abord, le sujet se nomme “Si vous aviez 3 livres à conseiller aux entrepreneurs” Ce qui inclut justement cette idiote de coiffeuse qui n’a pas inventé l’eau chaude comme les visionnaires dont vous parlez…

Par ailleurs, en économie, une start-up est une entreprise à très forte croissance. La croissance d’une entreprise, ce n’est pas son business model qui la donne, mais la réalité :wink: Donc on devient une start-up, quand on a une très forte croissance que l’on qualifiera d’exponentielle :wink:

Quant à la notion d’économie d’échelle, je vous rassure, elle n’est pas réservée qu’aux start-up.

Il y a trente ans, le but de ces entreprises que l’on qualifiera ensuite de start-up était effectivement d’apporter une innovation au client, voire de changer le monde de l’époque (et c’est bien ce qui se passa).

Maintenant, je suis bien plus dubitative… Le rêve de la revente pour plusieurs millions de dollar semble dominer, je trouve…

Et pour réussir cela il faut être plus qu’un geek. Il faut avoir une
vision et de l’imagination pour résoudre les problèmes qui viendrons sur
le chemin de l’exécution de cette vision. ( et la déjà on est loin de
la coiffeuse )

Et c’est là que je trouve que le raisonnement s’écroule avec ces listes de livres pour essayer d’avoir la recette de la potion magique de Panoramix :frowning:


(xmaximin) #12

Ok je crois que l’on ne se comprends pas sur les définitions mais ce n’est pas grave. :slight_smile: C’est vrai que le terme de départ “entrepreneur” n’est pas assez spécifique.


(Benjamin Bnds) #13

Management d’un salon de coiffure. Voilà qui vous réconsiliera.


(Philippe Larcher) #14

OK ! :smiley:

Pour 95% des intéressés c’est typiquement le genre d’entreprise qui devient un job. C’est plus de “self employment” que de l’entrepreneuriat.

No comment.


(Stéphanie Calvin) #15

A force d’être dans votre petit monde de startuper et d’utiliser des anglicismes (ça doit faire plus “in” !), vous en oubliez un peu le sens des mots français.

L’entrepreneuriat est simplement " l’action de créer de la richesse et/ou de l’emploi par la création ou la reprise d’une entreprise" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Entrepreneuriat)

C’est aussi le fait d’être un entrepreneur, c’est à dire un “chef d’entreprise” (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/entrepreneur/30066)

Dans une autre définition, c’est la “Capacité pour un individu de créer de la richesse en utilisant de la main-d’œuvre et du matériel réunis dans une structure d’entreprise commerciale.” (http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/entrepreneuriat/)

Bref, quelle que soit la définition que vous prenez, le/la coiffeur/coiffeuse, avec son salon de coiffure, ses deux ou trois salariés, voire quelques apprenti(e)s, est un entrepreneur ! Au même titre qu’un boulanger ou un chef d’entreprise qui aurait un magasin, ou un médecin, ou un avocat ou un chef d’entreprise dans les NTIC !

Avant d’inventer, il est intéressant de connaitre ce qui existe déjà et de garder un peu les pieds sur terre !

Vous devriez d’ailleurs renommer votre forum, car il n’a rien à voir avec un forum d’entrepreneurs pragmatiques. Vous êtes une communauté fermée (oserais-je dire repliée sur elle-même), en réalité, qui a finalement assez peu de considération pour ceux qui entreprennent dans un autre domaine que celui qui vous parait glorieux.

C’est la raison pour laquelle je n’ai pas longtemps trainé mes guêtres parmi vous, je ne suis qu’une petite secrétaire indépendante responsable d’une entreprise unipersonnelle (et qui le restera : moi, je suis en self-employment)… Mais n’en déplaise à certains, je gère ma stratégie commerciale, la relation-client, la comptabilité ou ma stratégie d’investissement ! Cependant, je n’ai rien inventé, je ne me sens pas à la hauteur de vos esprits !

Je retourne donc à mes basses tâches matérielles :wink:


(Joel ROTELLI) #16

Je suis plutôt d’accord avec @Mawebassistante … Il ne faut pas voir dans l’entreprenariat uniquement le côté “startup à la mode”, “dernier produit ou service à la mode qui va cartonner et lever des fonds”

L’entreprenariat à mon sens ne s’arrête effectivement pas aux “nouvelles générations” d’entrepreneurs comme on en voit pousser actuellement à tout bout de champ.

Je conseille d’ailleurs le livre “La prodigieuse machine à vendre”, qui s’adresse justement aussi bien à la très grosse entreprise “à l’ancienne”, au petit coiffeur du coin au startuper, bref…aux entrepreneurs :slight_smile:


(Philippe Larcher) #17

Parmi ta propre sélection :wink: Il y’a d’autres façons d’appréhender les choses et in fine les mots ne sont que des mots… ils aident à réfléchir c’est tout. La carte n’est pas le territoire…


(Stéphanie Calvin) #18

Les mots ne servent pas qu’à réfléchir, ils servent principalement à communiquer… Il ont un sens, une histoire, une origine. Si chacun les utilise sans tenir compte de leur sens, je comprend mieux que les gens, décidément, n’arrivent pas à se comprendre dans le monde :frowning:


(Alexandre Wall'in) #19
  • L’art de la guerre, Sun Tzu
  • The Winner Within: A Life Plan for Team Players, Pat Riley
  • La 3ème révolution industrielle, Rifkin (parce que j’adore)

(Emmanuel Petit) #20

Je conseillerais donc un abonnement à Gérant de sarl : Cette
feuille d’info est plus que moche mais elle est utile et complète. L’autre
grand défi est le management. A moins que vous ayez appris à mener les hommes dans une brigade de commandos d’élite, motiver son équipe
est un challenge perpétuel.

Manager son équipe au quotidien est très apprécié pour son
approche très pratique et pas trop théorique (ce qui est un défaut répandu pour
les ouvrages sur le management).

Pour les entrepreneurs qui ont un métier mais qui auraient
voulu faire un dojo de super business men, il reste The Personal MBA: A
World-Class Business Education in a Single Volume. Bon, c’est en anglais… mais
cet ouvrage reprend les principaux sujets et concepts importants pour faire
tourner un business.


Proposé avec ❤️par Camille Roux